Formations aux comportements animaliers

Pourquoi mon chien ne vient pas au rappel ?

Par Mélanie

Colette Cuenot Bock, comportementaliste canin et félin, nous livre ses réflexions sur le comportement canin
dans le journal Les Dernières Nouvelles d’Alsace.

Voici l’article paru dans l’édition du 13 mars 2022.

S’il n’y avait qu’une commande que les propriétaires de chiens aimeraient maîtriser comme dans un concours d’obéissance, c’est le rappel. Question de sécurité, mais aussi symbole d’un lien qu’on aime sentir fort avec son chien.

Voici les raisons principales pour lesquelles Sushi ne revient pas au rappel :

1 – Il ne gagne rien à revenir

Souvent, les humains, stressés et vexés que leur chien ait fait un tour d’honneur avant de revenir, ronflent à leur retour. Ce que Sushi retient, c’est que revenir est synonyme de punition… En plus, à force de répétitions, l’association “retour = être grondé” est bien ancrée. Il faudra des récompenses fortes (et ce même si ça fait 10mn qu’on attend !) pour effacer cette mauvaise association. Les chiens associent ce qu’ils font et ce qu’ils y gagnent immédiatement (dans un délai de 3 secondes) : ça veut dire que s’ils reviennent et qu’ils se font gronder, ils vont être encore plus réticents à revenir la fois suivante. C’est un cercle vicieux dans lequel tombent beaucoup d’humains.

2 – Un ordre qui a perdu son sens

Le – mauvais – réflexe, quand Sushi ne revient pas est d’appeler sans cesse jusqu’à ce qu’il s’exécute enfin. Ces mots, clamés sans effet immédiat, deviennent juste un bruit de fond. Il est même assez probable que Sushi n’a aucune idée de l’action qu’il est censé effectuer quand il entend cet ordre : rappelons-nous que les chiens ont appris à décoder certains mots de notre langage grâce à la combinaison répétée d’un mot et d’un évènement immédiat : “on va se promener ?” suivi de ladite promenade, “tu veux un biscuit ?” suivi dudit biscuit, etc ! Mais “viens” étant rarement associé à un réel retour devient juste un mot auquel le chien apprend à ne porter aucun intérêt.

3 – Utilisé au mauvais moment

Pour démarrer un apprentissage du rappel, il ne faut le demander que lorsqu’on sait (avec 100% de certitude, pas moins !) que Sushi va revenir. Il faut associer le mot à l’action. Pour démarrer, rappeler son chien qui est en pleine exploration olfactive de son environnement, ou en train de jouer avec un congénère, ou qui surveille de près la boîte à fromage sur la table est vouée à un échec cuisant. On commence par rappeler lorsqu’il n’y a pas de distractions et qu’on a quelque chose de trèèèès intéressant à lui proposer en échange.

Ajoutons à cela de la confiance, un ton avenant et de l’entraînement et vous pourrez (presque) inscrire Sushi à son premier concours d’obéissance.

Colette CUENOT

 

 

Laisser un commentaire

Partagez sur les réseaux sociaux

Facebook