Formations aux comportements animaliers

Le chat et la brosse

Par Mélanie

Jessica Christ, comportementaliste canin et félin, nous livre ses réflexions sur le comportement félin
dans le journal Les Dernières Nouvelles d’Alsace.

Voici l’article paru dans l’édition du 14 août 2022.

 

Comment faire pour brosser Harry, un persan de 3 ans ? Il est réfractaire à la brosse et en a développé une peur bleue. A la vue de l’objet maléfique, il déguerpis sous le meuble le plus proche, ses yeux comme des billes, dans la panique d’être débusqué par Mike et de subir un brossage de force.

Mike a tout tenté pour brosser son chat. Le problème bien connu des propriétaires de félins à poils longs, c’est bien entendu les paquets de poils qui finissent par pincer la peau à la racine et n’ont d’autres solutions que d’êtres coupés, laissant ainsi d’affreux trous dans le pelage.

Un brossage quasi quotidien ou au moins hebdomadaire est donc une nécessité pour certaines races de chats. Si certains félins de canapé acceptent volontiers cette interaction, d’autres se sont sensibilisé brossage après brossage. Un moment douloureux, un nœud coriace, une emprise trop musclée, voilà autant de petites choses qui peuvent déplaire et créer un refus graduel de la part de l’animal. Le conditionnement, encore une fois, est à la base de cette problématique et est aussi la clé de sa résolution. Rappelons ce qu’est la sensibilisation. Un conditionnement lié à une peur qui évolue crescendo vers une réaction forte liée à la survie au point qu’à un moment, la réponse comportementale puisse apparaître comme disproportionnée face au danger réel que représente l’élément déclencheur. Un élément fait peur, il entraine une réaction, il se reproduit et renforce la réaction. Au point que, par instinct de survie, la transmission synaptique se développe afin de faire passer plus rapidement et en puissance une information de danger. Le résultat comportemental enfle à mesure que la peur se renforce. Pour régler ce souci, il est primordial de comprendre ce fonctionnement et dans notre caisse à outils de résolution il va nous falloir deux choses. De la patience et une bonne interprétation du mécanisme comportemental. Ne décrochez pas si vite, nous allons vers la résolution ! En effet, en suivant le principe expliqué un peu plus haut, il faudra enclencher un rétropédalage progressif qu’on appelle simplement une désensibilisation en utilisant les mêmes méthodes. Le conditionnement est donc la manière la plus efficace de réduire progressivement le stress. Pourvu qu’il soit positif. Il faudra donc associer la brosse à toutes sortes de choses très appréciées par le chat afin de faire baisser le niveau de peur. On déposera l’arme du crime au sol à côté de friandises appétissantes dans un premier temps puis on passera les niveaux en douceur, au rythme du chat, jusqu’au brossage.

Cela prend du temps et exige énormément de patience mais le résultat est très gratifiant. Maintenant que vous savez comment votre miauleur fonctionne, essayez chez vous ! Retrouvez-moi sur les réseaux de la petite griffe pour me raconter votre expérience ! Bon dimanche les chamoureux !

 

Jessica CHRIST

Laisser un commentaire

Partagez sur les réseaux sociaux

Facebook