Formations d'experts aux comportements animaliers
< Retour aux articles

Chat s’arrache les poils

Par Mélanie

Pas facile à prononcer, un titre d’article comme celui-ci ? Et savez-vous ce qui est encore moins évident ? Gérer les comportements autocentrés chez le chat. Votre félin de canapé se lèche à s’en faire les plaies, s’enlève des poils pendant des heures ?

Pelade, plaie de léchage, décryptage

Il n’est pas évident de poser un premier diagnostic, comme je l’explique souvent, lorsque nous observons tout type de symptômes au travers des comportements de nos chats. Lorsque toute piste de maladie ou parasite est écartée avec votre vétérinaire et qu’il ne reste que la piste de l’anxiété pour expliquer des léchages excessifs, il faut se poser quelques questions stratégiques.

Le but de l’opération ? Trouver la cause du mal-être et la traiter.

C’est aussi simple que cela quand il s’agit de l’écrire mais cela s’avère être une tâche complexe à mettre en place. Vous connaissez bien votre chat. Vous êtes donc à même de déterminer sa capacité à se gérer émotionnellement.

Voici dans l’ordre, les questions à se poser afin de trouver une solution :

  • Mon animal est-il toujours anxieux ou est-il depuis peu, plus stressé ?
  • Avons-nous expérimenté un changement dans notre quotidien récemment ?

Cela peut être un déménagement, une séparation, l’arrivée d’un enfant ou simplement une habitude de moins lui laisser la possibilité de sortir. Ce que nous cherchons ici, c’est la cause sous-jacente d’une quelconque frustration ou détresse émotionnelle. Il est évident que la question doit remonter à la période du début des troubles comportementaux. Une fois installée, cette habitude aura tendance à ressurgir à chaque moment d’ennui, de frustration ou de stress. C’est pour cela que votre recherche de cause doit être objective et rationnelle par rapport à un moment clé, le départ du trouble.

Il est souvent difficile d’avoir le recul nécessaire à sa propre situation, notamment à cause de l’implication émotionnelle légitime et importante que vous vivez. C’est pour cela qu’il est bien souvent nécessaire de faire appel à un comportementaliste.

Si votre animal a toujours été sujet à une forte anxiété, cela peut être lié à un sevrage express ou carrément incomplet, entre autres. Il est alors délicat de trouver une cause claire, il faut anticiper, s’adapter et trouver des solutions auprès d’un professionnel afin de proposer à votre chat un cadre de vie équilibré dans lequel il trouvera un apaisement général et atteindra un seuil homéostasique raisonnable et constant.

Si vous avez déterminé une cause claire en corrélation avec le démarrage des comportements autocentrés de votre félin domestique, il vous reste à mettre en place différents leviers afin d’apaiser son anxiété. Les causes sont si variées et les réponses si nombreuses que le conseil le plus important serait le suivant : Offrez à votre chat un cadre de vie non stressant, ne cherchez pas à l’effrayer ou à interférer brutalement lors du démarrage d’une séquence comportementale de léchage. Vous êtes, vous aussi, stressé par cette nouvelle habitude et vous avez besoin de prendre du recul pour ne pas ajouter d’anxiété. Si un élément frustrant est facilement évitable essayez de prendre des précautions afin d’anticiper au maximum. Pour les cas plus flous, un accompagnement afin de déterminer les solutions adaptées sera nécessaire. Bon dimanche à tous les chamoureux !

Jessica Christ
La Petite Griffe

 

Jessica Christ, comportementaliste canin et félin, nous livre ses réflexions sur le comportement félin dans le journal Les Dernières Nouvelles d’Alsace.

Cet article est paru dans l’édition du 15 octobre 2023.

Laisser un commentaire

Partagez sur les réseaux sociaux

Inscrivez-vous à notre Newsletter !

    X
    Inscrivez-vous
    à notre Newsletter !
    Ça vous truffe d'en apprendre davantage sur les chiens, les chats, les NAC et leur univers ? Abonnez-vous à notre RDV mensuel pour suivre nos actualités, conseils et décryptages !

      Newsletter Vox Animae