Formations aux comportements animaliers

Abracadabra !

Par Mélanie

Colette Cuenot Bock, comportementaliste canin et félin, nous livre ses réflexions sur le comportement canin
dans le journal Les Dernières Nouvelles d’Alsace.

Voici l’article paru dans l’édition du 15 août 2021.

Un chien qui course les vélos, un autre qui détruit, un chien adulte qui n’est pas propre… Les demandes émanant des propriétaires pour éradiquer les « comportements gênants » de leur partenaire canin sont variées.

Avant tout, prenons un peu de recul pour constater qu’il ne s’agit que rarement de « troubles du comportement » mais de comportements purement canins : poursuivre ce qui bouge, faire ses besoins où ils l’ont décidé, déchiqueter… Mais, avec notre oeil humain, nous considérons ces comportements « inappropriés » lorsque les chiens sont sous notre responsabilité. Bonne nouvelle : des solutions existent ! Mais elles nécessitent généralement du travail et un investissement en temps plus ou moins important on n’efface pas une habitude ancrée depuis des semaines voire plus, en un coup de baguette magique ! Là est certainement la cause principale des échecs de modification du comportement de nos chiens : c’est si tentant de se dire qu’on va aller voir un professionnel, le payer et qu’il résoudra le problème sans avoir soi-même à fournir plus d’effort.

Malheureusement, la réalité est autre : si Rumba aboie quand on la laisse seule en journée, il va falloir travailler sur ce chien, ce lieu, ces personnes et leur rituel. Le professionnel pourra vous expliquer les exercices à mettre en place pour désensibiliser Rumba mais il ne pourra en aucun cas faire ce travail à votre place car Rumba aurait très vite fait de comprendre qu’il ne s’agit que d’un exercice quand le professionnel est là – et elle pourrait y répondre favorablement – mais qu’il s’agit d’un cas réel où elle va être seule durant des heures lorsque ce sont ses propriétaires qui mettent en place le même exercice – et alors les aboiements reprendront.

Toutes les solutions « baguette magique » – où il n’y a qu’à investir en un artifice et le problème disparaît comme par magie – tant espérées par les propriétaires ne sont qu’un leurre : collier anti-aboiement, enfermer le chien dans une pièce mieux insonorisée, prendre un deuxième chien pour que le premier ne soit plus seul… et toute autre option qui ne fait pas appel à un travail de fond. Aucune de ces solutions ne peut avoir d’effet bénéfique à long terme puisqu’elles ne traitent que le symptôme et pas la cause profonde. Un léger « mieux » peut apparaître lié au changement, à l’effet de surprise mais ce ne sera pas durable.

Alors oubliez Harry Potter ou Gérard Majax ; et en route pour un vrai travail de fond avec votre chien !

Colette CUENOT BOCK

Laisser un commentaire

Partagez sur les réseaux sociaux

Facebook