Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
Laurence Bruder Sergent

18 années au service des propriétaires, refuges, associations, plusieurs ouvrages publiés, des années d’enseignement en France et à l’international pour défendre la cause des animaux


Expertise...

Sexualité et communication canine

Notre perception des comportements sexuels des chiens n’est pas toujours correcte compte tenu de leurs mœurs différentes des nôtres.

Il est fréquent d’observer des « pseudos » accouplements de chiens avec un congénère, le chat, leur coussin ou leur panier. Nous avons tôt fait d’interpréter cela comme une sexualité « débordante », « déplacée » voire « anormale » !

Pourtant il n’y a rien là de pathologique, au contraire, il y a en fait une intention de communication. On constate d’ailleurs également des chevauchements effectués par des femelles. 

Rappelons que le chien est un mammifère social, c’est-à-dire qu’il vit et interagit avec d’autres individus auxquels il cherche à transmettre des informations.

Chien et sexualitéVotre chien s’agrippe à vos jambes ou celles de vos visiteurs et vous concluez qu’il est « obsédé » par la chose ?

Pas du tout, son attitude n’est qu’un signe voulant indiquer à celui sur lequel il est dirigé, que c’est lui qui impose sa supériorité. Il s’agit d’un comportement social, dont le but est de vérifier, affirmer ou récupérer son statut par rapport à l’autre. 

La meilleure manière de réagir si c’est sur vous que cela se produit, est de demander fermement au chien d’arrêter tout de suite et de l’envoyer à l’écart. Vous lui indiquez ainsi que vous n’êtes pas du tout d’accord que ce comportement-là s’exerce sur vous et qu’en conséquence, il est exclu provisoirement de votre groupe.


Quant aux agitations du chien sur un congénère ou sur un autre animal, c’est ce dernier qui fera mine de se désintéresser (en fait il n’en est rien), ou la refusera par la menace avec force grognements et mimiques faciales jusqu’à faire descendre l’importun.

Outre une volonté d’asseoir son autorité sur l’autre, il peut évidemment y avoir une notion de sexualité.

Par exemple, les chiots : en jouant et en mimant la sexualité canine, ils se familiarisent avec les codes sociaux en vigueur chez les adultes. Ils vont tenter différentes expériences et voir comment l’environnement réagit. Cela ira des comportements de forte réprobation s’il s’agit d’un individu canin adulte, à l’amusement de la part des maîtres qui voient affairé le mignon petit animal sur le coussin, jusqu’aux vociférations du chat qui n’apprécie pas du tout l’affront.

Si vous êtes témoin de ces tentatives de votre chiot ou de votre chien adulte, le mieux est de rester neutre, mais en refusant d’être spectateur de son action. Quitter les lieux calmement et sans un mot suffira, ce comportement s’estompera de lui-même avec le temps, et après qu’il se soit rendu compte que cela ne fait pas réagir.

Enfin, n’oublions pas que certains individus vivent très mal le fait d’être en mesure de se reproduire (leurs organes génitaux étant tout à fait opérationnels) sans en avoir la possibilité.

Un comportement à caractère sexuel n’est donc pas à exclure systématiquement, les conditions de vie des chiens à nos côtés les rendant totalement dépendants de notre bon vouloir… y compris en matière de reproduction.

 

Laurence Bruder Sergent
Vox Animae



Write a comment

  • Required fields are marked with *.

If you have trouble reading the code, click on the code itself to generate a new random code.