Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
LBS général

17 années au service des propriétaires, refuges, associations, plusieurs ouvrages publiés, des années d’enseignement en France et à l’international pour défendre la cause des animaux prédilection.


Expertise...

S'entraîner pour apprendre

Par Laurence BRUDER SERGENT

Une remarque fréquemment entendue par les éducateurs canins et les comportementalistes concerne la lenteur présumée d’apprentissage de nos chers amis canins.

Prenons quatre exemples précis pour comprendre comment les chiens apprennent, et quelle responsabilité nous revient dans la mémorisation et la fixation de leurs comportements. Milou n’est toujours pas propre à 6 mois, Tex refuse d’avancer en ville, Titus tremble chaque fois qu’il croise un enfant et Dora a peur de la voiture. Lorsque l’on demande aux propriétaires pourquoi, selon eux, nos quatre amis ne se comportent pas comme on s’y attend, ils ont rapidement tendance à considérer que leur animal est « limité » intellectuellement, qu’il a peut-être une phobie, voire qu’il le fait « exprès ».

On n’apprend rien tant qu’on ne vit pas les situations

Le plus souvent, l’erreur classique commise par les maîtres est la suivante : ils n’ont pas pris le temps d’apprendre à leurs animaux à se comporter selon leurs souhaits. Ils ont cru que leurs chiens allaient instinctivement ou d’un mot se conformer aux civilités humaines. Or pour qu’un chien mémorise un comportement, il faut d’une part créer une association posillustration de Patrice Seileritive entre son action et sa conséquence et d’autre part répéter les expériences… ce qui impose au propriétaire d’y consacrer du temps et de l’énergie !

Applications quotidiennes

Milou doit être sorti le plus souvent possible dans une journée et récompensé systématiquement lorsqu’il fait ses besoins à l’extérieur. Promené en ville très régulièrement, dans des endroits au début peu intenses en stimulations en termes de bruit, de trafic et de nouveautés, Tex apprendra à ne plus craindre l’environnement urbain. Titus a besoin de croiser des enfants calmes et modérés, en raccourcissant peu à peu les distances entre eux et lui, pour ne plus les craindre. En trouvant des friandises dans la voiture et, après un court trajet, en accédant à un parcours de promenade agréable ou à des lieux de jeux, Dora pourra associer que ce moyen de transport signifie d’agréables moments en perspective.

La répétition pour un bon apprentissage

Si vous rencontrez quelques difficultés dans la pédagogie à utiliser pour éduquer votre animal, dites-vous qu’il faut l’habituer progressivement à ce que vous attendez de lui, et que vous répétiez souvent les opportunités afin qu’il les retienne. Quand il montre des signes de stress, attention à ne pas le forcer ou à ne pas « l’encourager » avec des « ça va aller », « ne t’inquiète pas » et autres « voilà un câlin pour te rassurer », vous risqueriez au contraire de renforcer son aversion pour une situation ! Par contre, quand il franchit une étape d’apprentissage, les félicitations d’usage (friandises, jouet, caresses, paroles encourageantes) l’aideront à mémoriser encore plus vite, et dans la joie : ne vous en privez donc pas !

 

Laurence Bruder Sergent

www.vox-animae.com




Ecrire un commentaire

  • Les champs obligatoires sont précédés d'une *.






 

Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.

Articles qui pourraient vous intéresser

Accédez à tous les articles en relation