Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
Laurence Bruder Sergent

18 années au service des propriétaires, refuges, associations, plusieurs ouvrages publiés, des années d’enseignement en France et à l’international pour défendre la cause des animaux


Expertise...

Résolutions pour 2017

Par Laurence Bruder Sergent

Puisque l’heure est aux projections pour l’année à venir et aux engagements que l’on respectera de manière aléatoire, tentons d’appréhender les différents points de vue sur cette question multifactorielle.

Les avis des propriétaires convergent souvent sur la réduction de certaines nuisances : si nos meilleurs amis pouvaient décider de ne plus ronger les chaussures, grignoter les tapis ou se servir des denrées alimentaires non rangées, ce serait fort apprécié.

Les relations avec les autres chiens seraient elles aussi à améliorer : que Baltus le colosse arrête de terroriser les minis-chiens et Dynamo de se prendre pour un tyran améliorerait sensiblement le quotidien de leurs humains.

Quant à Mina, trop intéressée à batifoler avec ses congénères, si elle pouvait cesser d’être aussi sociable, la longueur des balades seraient d’autant plus courte ce qui arrangerait bien les affaires de ses promeneurs toujours pressés. Voici quelques résolutions que les propriétaires voudraient voir tenues par leurs toutous.

 

Souhaits utopiques

A la faveur de la nouvelle année, les heureux maîtres disent parfois qu’ils pourraient l’être davantage si les chiens arrêtaient de se comporter comme tels : qu’ils aboient moins, qu’ils soient toujours propres et bien odorants, que leurs bonnes manières soient louées par tout le monde, qu’ils soient des exemples pour tous les énergumènes mal élevés du quartier. Et qu’ils ne leur fassent pas honte en reniflant les derrières !

 

Affection inconditionnelle

De très nombreux témoignages font la part belle aux attentes impossibles à satisfaire.
Malheureusement il ne suffit pas de le vouloir pour que les désirs deviennent réalités.


Que leurs meilleurs amis ne tombent jamais malades ou qu’ils guérissent vite s’ils le sont déjà, qu’ils vivent de longues vies avec eux et ne connaissent aucun accident, ou tout simplement qu’ils soient comblés par leurs existences communes.
Ces amis des animaux ne demandent rien d’autre que du temps et de l’affection, ils se satisfont même de petits défauts de caractères.

 

Leurs désirs quant aux résolutions des maîtres

Les premiers concernés quant à eux, exprimeraient certainement des désirs clairs et sans ambiguïtés. Ils aimeraient que les résolutions de leurs gardiens s’orientent vers des sorties plus longues et plus variées. S’ils apprécient les paysages alsaciens, ils ne rechigneraient pas à explorer d’autres contrées inhabituelles, propices aux découvertes olfactives, visuelles, auditives et tactiles.


Dans les rêves canins, les compagnons de route aussi seraient diversifiés afin de ne pas toujours cheminer avec les mêmes congénères. Une pré-sélection serait d’ailleurs appréciée afin de ne pas courir de risques avec des malotrus juvéniles ou indisciplinés.


Que les trottoirs soient moins inhospitaliers pour leurs pattes dans les grands froids et canicules, et les pots d’échappement qu’ils respirent sans cesse expulsent enfin des parfums enchanteurs pour leurs narines.
Leurs fades granules qui leur servent de nourriture pourraient devenir des mets délicats pour leurs palais sans pour autant nuire à leurs santés.

 

Leurs propres résolutions…

De leurs côtés, les chiens pourraient s’engager à ne plus se rouler dans tout ce qui est délicieux pour leurs narines mais écoeurant pour les nôtres, et revenir lorsqu’ils sont appelés joyeusement. Ils pourraient promettre de ne pas occasionner de soucis à leurs humains par leurs poursuites de tous les chats du quartier et cesser de creuser dans les jardins amoureusement bichonnés. Pour autant, partant du principe que lorsque l’on chasse le naturel il revient au galop, ils sauraient certainement que leurs serments seraient vains.

 

… et leurs promesses !

Finalement, leur meilleure décision serait sans doute de rester tels qu’ils sont, car c’est grâce à eux que nous nous améliorons : en cherchant comment rendre la relation toujours plus satisfaisante pour les uns comme pour les autres, en réfléchissant à nos comportements à leurs égards et en étant de meilleurs maîtres pour eux, enfin.

 

Laurence Studen Sergent
www.vox-animae.com




Ecrire un commentaire

  • Les champs obligatoires sont précédés d'une *.






 

Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.

Articles qui pourraient vous intéresser

Accédez à tous les articles en relation