Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
Laurence Bruder Sergent

18 années au service des propriétaires, refuges, associations, plusieurs ouvrages publiés, des années d’enseignement en France et à l’international pour défendre la cause des animaux


Expertise...

Que faire de votre cadeau de Noël ?

Par Laurence Bruder Sergent

Malgré les mises en garde parues dans de nombreux médias, la tentation a été trop forte, un chien est apparu sous le sapin de Noel.

C’est une formidable opportunité qui s’ouvre dans le foyer : vivre des expériences inédites, s’ouvrir à un nouveau monde, prendre en charge un être vivant, apprendre en l’éduquant, et se découvrir soi-même capable de faire tout cela malgré un emploi du temps déjà bien chargé.

Ce cadeau probablement fantasmé comme exclusivement synonyme de plaisir, n’est cependant pas sans conséquence : il est à présent nécessaire d’assumer sur de nombreuses années un certain nombre de responsabilités.

Où est le mode d’emploi ?

illustration Patrice Seiler comment gérer un chien-cadeau à Noël

Les premiers moments d’exaltation font rapidement place à des questions existentielles, à commencer par : qu’est-ce que je vais en faire ? Et puis, finalement, un chien, comment est-ce que cela fonctionne ? À quoi il pense ? Qu’est-ce qu’il mange ? Combien de fois par jour faut-il le sortir ? Quels sont ses désirs ? Est-il normal de le laisser monter sur le canapé, sur le lit ? Qui doit l’éduquer ?

La liste interminable des interrogations sera sans réponse immédiate, car aucun mode d’emploi exhaustif n’était fourni avec la bête et son bel emballage festif.

L’animal et ses nouveaux maîtres devront trouver une adaptation mutuelle spécifique, au fur et à mesure de leur cohabitation.

Principes de base

Ses besoins biologiques se présentent très rapidement : le nourrir de manière qualitative, lui fournir une source d’abreuvement permanente et lui permettre d’éliminer plusieurs fois par jour, par 3 promenades quotidiennes au minimum. Des rencontres avec d’autres chiens sont fondamentales pour son bien-être psychologique, ainsi qu’une bonne connaissance des règles en vigueur dans le monde des humains, que quelqu’un devra lui transmettre. S’il s’agit d’un individu venant d’un refuge, il est possible qu’il ait besoin d’être discipliné ou rééduqué : du doigté, de la patience et du temps en seront les conditions indispensables, autant se faire à l’idée et le programmer dans la liste des actions à mener pour le bien de tous.

Mauvaises pratiques

De la même manière qu’on ne demande pas à n’importe quel novice de réparer sa voiture, il est utile de s’adresser aux professionnels plutôt qu’à la logique populaire, souvent de bon sens mais aux limites réelles, pour apprendre à gérer ce nouveau membre de la famille. Le mettre dehors pour ne pas avoir à remplir la charge de travail n’est pas une option envisageable, ni l’abandon, irresponsable et pouvant perturber sa vie de manière irréversible.

La raison et la conscience de l’importance du travail à mener peuvent cependant entraîner la prise de décision du replacement de l’animal : lorsque l’on est absent toute la semaine, indisponible pour assumer le rôle de propriétaire consciencieux ou peu enclin à gérer une vie de plus dans son foyer, c’est faire preuve de bon sens et agir pour le bien du chien innocent. En effet, il n’est pas échangeable comme le chandail offert par la belle-mère !

 

Laurence Bruder Sergent
www.vox-animae.com



Write a comment

  • Required fields are marked with *.

If you have trouble reading the code, click on the code itself to generate a new random code.