Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
LBS général

17 années au service des propriétaires, refuges, associations, plusieurs ouvrages publiés, des années d’enseignement en France et à l’international pour défendre la cause des animaux prédilection.


Expertise...

Quand petit et grand cohabitent

Peut-il y avoir une bonne cohabitation entre deux chiens de tailles très distinctes ? Comment gérer la situation quand l’un pèse quelques kilos, et l’autre dépasse les 60 ?

Nous nous inquiétons souvent pour nos chiens, de peur qu’ils se blessent par maladresse ou inadvertance. Intervenant de manière intempestive, les séparant très vite avant même qu’ils aient fait connaissance, nous les empêchons de procéder comme ils l’entendent.

Vivre les expériences pour en faire l’apprentissage

Gros et petit chienOn ne dira jamais assez qu’il est indispensable à tout être vivant de vivre les situations pour en faire l’apprentissage. Ainsi, si nous ne laissons pas nos chiens expérimenter des rencontres entre chiens, mélangeant les tailles et les races, on ne leur laisse pas la possibilité d’apprendre à s’adapter. D’autre part, si nous anticipons les risques avant même qu’ils se produisent, nous alimentons notre propre appréhension et l’animal n’a toujours pas progressé !

Attention, il ne s’agit pas de laisser son compagnon seul dans la cour du voisin qui possède plusieurs chiens mal canalisés. Il est évident qu’il faut prendre ses précautions, et encore plus lorsque l’on sait qu’il y a des éléments sur lesquels on n’a aucune prise.

En revanche, je propose qu’on laisse la possibilité aux chiens, quand c’est possible, de vivre les évènements à leur manière : contact avec un autre animal, sortie dans un nouveau lieu, cohabitation avec un individu sensiblement différent dans le tempérament et la morphologie, etc….

Des masses corporelles variables

Un petit chien de quelques kilos devra faire l’apprentissage qu’il est difficile de pratiquer un jeu de corps à corps avec son congénère beaucoup plus volumineux que lui. Mais si on lui en laisse la possibilité, il mémorisera qu’il peut partager un jouet, ronger le même bout de bois, prendre place à côté de lui sur le tapis. Par contre, il vaudra mieux qu’il le laisse passer dans l’escalier ou alors, qu’il soit beaucoup plus rapide pour qu’ils ne se percutent pas, car cela ne tournerait pas à son avantage. 

Quant au molosse, plus lent du fait de son volume mais plus puissant, il devra savoir gérer sa force et saisir qu’il ne peut pas donner un coup de patte avec la même robustesse si l’autre est un petit toutou, un enfant humain ou un adulte. Les chiens sont parfaitement capables d’ajuster leur force physique s’ils y sont habitués, et cela n’empêchera pas, souvent, le plus petit de prendre le dessus.

Des règles simples

Il faudra s’assurer que chacun ait une possibilité de se retirer dans un endroit tranquille s’il est inquiet ou agacé et veiller à ne pas accorder de privilège à l’un plus qu’à l’autre, sous peine d’engendrer, peut être, un conflit.

En fonction des tempéraments, de leurs âges et de la longueur de leur relation, s’ils ont grandi ensemble par exemple, ou si on les fait cohabiter alors qu’au moins l’un des deux est là depuis longtemps, cette habituation prendre plus ou moins de temps. 

 

Laurence Bruder Sergent
Vox Animae



Write a comment

  • Required fields are marked with *.

If you have trouble reading the code, click on the code itself to generate a new random code.
 
Gaetan Brunet
Posts: 1
Comment
Venue d'un nouveau chiot
Reply #1 on : Tue July 21, 2015, 16:49:44
Nous avons un coton de tulear âgé de 2 ans et très très gâté! Nous avons fait l'acquisition d'un merveilleux petit yorkshire. Les deux cohabitent depuis maintenant 10 jours mais notre coton d'amour est très très jaloux et il refuse de jouer avec le yorkshire. Lorsque ce dernier l'approche, il jappe sans cesse. Que devons-nous faire


Bonjour,

vous rencontrez une situation classique : votre Coton de Tuléar a des prérogatives qu'il ne veut pas lâcher ! Il va devoir apprendre à partager, ce qui se fait par un détachement progressif, pour que votre York puisse trouver sa place. Bien entendu, l'un et l'autre auront à coeur de trouver la meilleure place, vous allez devoir imposer quelques règles.
Pour mieux comprendre la situation, je vous renvoie vers un autre article, au dernier paragraphe : http://www.vox-animae.com/vies-et-adjectifs-de-chiens !
Cordialement,

Nicolas Sergent
Comportementaliste
Vox Animae
Last Edit: July 22, 2015, 12:06:04 by nicolas