Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
Laurence Bruder Sergent

18 années au service des propriétaires, refuges, associations, plusieurs ouvrages publiés, des années d’enseignement en France et à l’international pour défendre la cause des animaux


Expertise...

Quand on s'aime de trop

Les liens affectifs particulièrement intenses peuvent être générateurs de problèmes de comportements chez nos animaux familiers.

Le chien de Jocelyne grignote ses chaussons, pleure et fait ses besoins dans sa chambre dès qu’elle s’absente de chez elle. Yago est pourtant une « crème de toutou », il la suit partout à la maison, lui fait des léchouilles, l’aime d’un amour inconditionnel et la protège de tout le monde, même de ses amis et sa famille (pourtant inoffensifs).

Elle considère qu’il se venge parce qu’elle ne le laisse pas l’accompagner, et qu’il est carrément possessif vis-à-vis d’elle. Mais ils s’adorent.

 

Quand l’attachement est démesuré

La perception de Jocelyne vis-à-vis de Yago peut être nuancée par rapport à la réalité éthologique (les comportements normaux d’une espèce). Elle pense que son meilleur ami est jaloux et a le désir de lui faire payer ses infidélités imaginaires, alors qu’il exprime surtout un grand malaise. Totalement dépendant de sa maîtresse, il est déboussolé lorsqu’elle n’est plus à ses côtés. Il ressent une détresse si grande qu’il a besoin de l’évacuer d’une manière ou d’une autre.

 

Des réactions individuelles

Tous les chiens n’agiront pas de la même façon face à cette perte momentanée de leurs êtres d’attachement. Certains commettront uniquement des destructions, d’autres deviennent malpropres et d’autres encore occasionnent des nuisances sonores pour le voisinage. Leurs réponses comportementales leurs sont propres, elles sont uniques, mais l’origine est probablement la même : un lien excessif qui rend la séparation douloureuse.

 

Pour s’apaiser

Comme tous les chiens qui sont dans la même situation, Yago adopte des activités de substitution qui l’apaisent aux moments où il les réalise. Lorsqu’il mordille les objets qui portent l’odeur de Jocelyne, il oublie momentanément qu’il va mal et se rassure avec la trace olfactive de sa propriétaire. Quand il gémit, il vocalise son mal être, et quand il urine, il élimine là aussi les déchets de son organisme et les toxines que le stress a généré chez lui. En plus il laisse un message, malheureusement incompréhensible pour les humains qui ne possèdent pas toutes les clefs de l’alphabet canin.

 

Comment pacifier la relation

Pour soulager tous ces chiens de compagnie qui souffrent de dépendance affective, il est conseillé de procéder à une distanciation, un peu comme avec les enfants à qui l’on apprend l’autonomie dans le but de leur permettre d’atteindre la maturité.

Avec Yago et n’importe quel chien concerné par la problématique, il s’agira d’offrir moins de câlins, de les prendre moins dans les bras, de leur enseigner à rester seul dans une pièce quand on se déplace, de ne pas trop les materner. Bien entendu il ne s’agit pas de les ignorer et de faire comme s’ils n’existaient pas, mais au moins de leur permettre de devenir un peu plus indépendants.

Par voie de conséquence, ils arriveront mieux à gérer la solitude et ressentiront moins de peine à rester seuls s’ils ont appris à patienter et à se distraire. Pour cela des jouets et des activités d’occupation seront aussi proposés pour agrémenter les longues heures à patienter jusqu’aux retours de leurs maîtres. Enfin ne pas oublier de compenser ces moments un peu délicats où l’on se détache en augmentant les promenades et en variant les lieux à explorer.

Laurence Bruder Sergent
www.vox-animae.com



Vos commentaires

pignier
Posts: 1
Comment
Re:
Reply #1 on : Mon February 13, 2017, 16:57:34
Je viens de tomber par hasard sur votre article qui me rappelle en tous points un cas que je traite en ce moment chez une de mes clientes. je suis moi-même éducateur canin et m'intéresse depuis toujours au comportement du chien.Depuis 20 ans que j'exerce mon métier, ce n'est pas la première fois que je travaille sur ce type d'attachement démesuré mais dans ce cas précis, les termes employés par cette propriétaire lors de l'anamnèse ont révélé une énorme souffrance du coté humain aussi. Nous sommes censés aidés les animaux mais bien souvent la source de leur mal-être est d'origine humaine. Patricia Pignier
Last Edit: August 30, 2017, 18:19:16 by nicolas  

Ecrire un commentaire

  • Les champs obligatoires sont précédés d'une *.






 

Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.