Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
LBS général

17 années au service des propriétaires, refuges, associations, plusieurs ouvrages publiés, des années d’enseignement en France et à l’international pour défendre la cause des animaux prédilection.


Expertise...

Quand il y a incompatibilité

Il y a parfois des chiens et des propriétaires qui ne sont pas faits pour s’entendre.

Pour faire plaisir à Madame S., une marcheuse d’un haut niveau, qui enchaîne les randonnées à l’allure de la marche sportive, son entourage a cru bon de la faire accompagner par un animal impressionnant. A l’occasion de ses 60 ans, ses amis lui offrent un grand chien de plus de 70 kilos, déjà adulte, qui attendait qu’on vienne l’adopter dans un refuge.

La famille B. quant à elle, a toujours rêvé d’avoir un chien, et finit par craquer pour un terrier, estimant qu’avec sa petite taille et son dynamisme, il s’entendrait bien avec les enfants, et pourrait rester seul quand tout le monde était à l’école et au travail.

Monsieur et Madame T., tous les deux absents de 9h à 16h dans la semaine, ont pensé que leurs horaires leur permettaient de prendre un chiot et de l’élever pour en faire un chien équilibré, sociable et obéissant. Leur objectif : faire du sport avec lui le week-end, et partir de longues heures en forêt.

Entente impossible

IncompatibilitéComme on peut s’en douter, aucune de ces histoires ne se passe comme prévu. Le gros molosse rechigne à trottiner durant des heures derrière sa propriétaire, qui se résout le confier à sa voisine lorsqu’elle part sur les chemins de randonnée.

Le Jack Russel insatiable prend la poudre d’escampette dès qu’une porte reste ouverte, grignote les meubles et les jouets des enfants faute d’activité physique suffisante.

Le chiot laissé livré à lui-même trop souvent, commet des dégâts et n’est pas propre à 7 mois, surtout parce qu’il souffre du manque de temps à lui consacrer.

 

A qui la faute ?

Faut-il vraiment chercher à accuser quelqu’un, à faire culpabiliser encore plus les personnes qui sont en détresse de ne pas avoir le chien qu’il leur fallait ? Je crois plutôt que chacun d’entre eux mérite notre compassion, humains et chiens. Nous pouvons nous désoler et nous obstiner à faire garder un animal qui n’est pas fait pour ses actuels propriétaires, et au final, tous sont malheureux. Ou alors on agit intelligemment et on cherche le bon foyer pour chaque chien, le bon chien pour chaque foyer. C’est ce que ces trois familles ont fait, malgré les jugements et les regards de leurs voisinages, qui les accusaient (sans savoir à quel point le quotidien était infernal pour tous) d’abandonner un animal.

Les trois chiens sont à présent apaisés dans un environnement qui les comble, et les humains, gèrent leurs tristesses avant de repartir, peut être, dans une nouvelle aventure avec un chien qui sera idéal… pour eux.

La leçon à tirer de ces exemples est qu’il faut être particulièrement vigilant lors de l’acquisition de l’animal, pour s’assurer de son adéquation à son quotidien.

 

Laurence Bruder Sergent
Vox Animae




Ecrire un commentaire

  • Les champs obligatoires sont précédés d'une *.






 

Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.

Articles qui pourraient vous intéresser

Accédez à tous les articles en relation