Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
Laurence Bruder Sergent

18 années au service des propriétaires, refuges, associations, plusieurs ouvrages publiés, des années d’enseignement en France et à l’international pour défendre la cause des animaux


Expertise...

Prendre un deuxième chien ?

En ces temps de repos, de prise de recul par rapport au stress de l’année, et d’élaboration de nouveaux projets pour celle qui s’annonce, vous vous posez la question d’adopter un second chien.

Vos motivations peuvent être de plusieurs ordres : vous avez envie de vous faire plaisir tant votre amour des animaux est sans limite, ou d’offrir à votre compagnon canin actuel des distractions, des jeux et des relations quotidiennes avec un congénère. Vous avez eu un coup de foudre pour un sujet particulier qui attend un nouveau maître dans une SPA, espérez qu’à deux ils s’ennuieront moins durant vos absences, ou, éventuellement, pensez à anticiper le départ de votre vieil ami dont la fin de vie vous inquiète. 

Chacun sa carte du monde

Commencez par songer aux incompatibilités possibles liées aux besoins, âges, états de santé et niveaux individuels d’énergie de chacun des protagonistes, car ils ne correspondent pas systématiquement. Certains comportements, parfois imprévisibles de l’un pourraient être trop perturbants pour l’autre si vous ne les avez pas assez anticipés. 

Demandez-vous bien sûr si vous arriverez à les gérer tous les jours. Votre propre motivation à bousculer vos repères doit être solide, car vous aussi devrez changer des éléments de votre vie. La charge sera plus lourde à tous les niveaux : budget temps, dépenses d’argent, organisation des vacances, nombre de sorties, quantité de nourriture à prévoir, éducation à planifier, etc. Le nouveau venu saura-t-il s’intégrer dans votre rythme, votre environnement, votre famille, se faire une place aux côtés du premier, s’adapter aux traits de caractères et habitudes de tous les membres du groupe ? Sera-t-il capable d’y répondre manière adaptée, sans agressivité ni difficulté ?

La sociabilité : une qualité indispensable

illustration Patrice Seiler chien_second - adopter un second chien

La question de la sociabilité de tous les sujets en présence doit se poser. Quand il voit un autre chien, inévitablement le vôtre bondit, jappe, s’intéresse à tous ses faits et gestes, cherche à s’en approcher le plus vite possible ? Une fois libéré de sa laisse, il se précipite à sa rencontre pour faire connaissance, jouer avec lui, renifler ses traces, proposer les contacts ? Voici des indicateurs fiables sur le fait que votre animal est en demande d’interactions. Mais qu’en est-il de celui que vous voulez adopter ? 

Gage de bonne entente

Rassurez-vous : s’ils s’entendent, les deux chiens apprécieront de pouvoir vivre côte à côte et leur qualité de vie en saura incomparablement améliorée. C’est une raison favorable pour renforcer votre choix d’adopter un autre chien. 

Préparer l’avenir

Accueillir un nouveau venu est parfois la solution envisagée pour se préparer par anticipation à la perte qui s’annonce, afin de mieux accepter ce départ et réduire le processus de deuil. Dans ce cas de figure, tel que nous l’avons vu précédemment, il vous faudra néanmoins être attentifs à ne pas mettre en présence deux individus aux réalités opposées : un chiot enthousiaste pourrait provoquer agacement, douleurs ou inconfort au vieux chien routinier qui se déplace difficilement. Un adulte plus calme pourra cependant éveiller la curiosité de l’ancien, le distraire ponctuellement sans trop le perturber. Et des individus similaires pourront savourer une cohabitation des plus sereines.

Il vous attend quelque part !

Si vous vous êtes décidé et que l’engagement sur de nombreuses années ne vous fait pas peur, n’oubliez pas d’aller visiter les refuges de la région : des animaux dont les maîtres ne sont pas aussi soucieux et respectueux que vous, y auront été abandonnés sous de mauvais prétextes. Une nouvelle vie à vos côtés sera leur chance de l’été.


Laurence Bruder Sergent
Vox Animae



Vos commentaires

Carioline
Posts: 1
Comment
Re:
Reply #1 on : Wed July 30, 2014, 21:54:37
J'ai longtemps eu mon premier chien en tant que "chien unique".
Lorsqu'il a eu 9 ans, j'ai concrétisé mes recherches de compagnon pour lui.

J'ai couru 2 "lapins" en même temps, et au final, je suis passée de 1 à 3 Terre-Neuve en même temps. Au final, ça n'a pas été plus mal, car si la chienne adoptée à 1 an appréciait beaucoup la présence de mon vieux Chaussettes, lui appréciait être tranquille de temps à autres (mais la jeune chienne l'a rajeuni un poil tout de même !). Et la miss se tournait alors sur le chiot, qui lui aussi avait besoin de temps tranquilles... Un bon équilibre, quoi ! Bon, au final, Chaussettes a trouvé sur le tard comment faire les bébés, j'ai gardé un chiot de leur portée, et zou, 4 Terre-Neuve...

Par la suite, un Akita américain, trouvé sur la route, est venu rejoindre ma meute, diminuée de mon Chaussettes. Je n'aurais jamais cru que ce toutou déjà adulte, s'intègre aux Pacotilles...

Mais lui aussi a du trouvé un équilibre, car il a accueilli relativement pacifiquement mon nouveau chiot Terre-Neuve mâle, pourtant arrivé à l'âge de 7 mois. J'ose simplement espérer que lorsque le grand bébé sera réellement à l'âge adulte (il a actuellement près de 18 mois), le Kitou continuera à l'accepter, mais pour le moment, ils sont copains comme cochons tous les deux !

Ecrire un commentaire

  • Les champs obligatoires sont précédés d'une *.






 

Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.

Articles qui pourraient vous intéresser

Accédez à tous les articles en relation