Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
Parole expert : Consultation

Venir en aide aux propriétaires de chiens et de chats est très gratifiant, car on sauve des couples de toutes les espèces, et leur vie commune s'améliore !


Expertise...

Pacifique

Par Nicolas SERGENT

Pacifique, petite chienne de 2 ans, aboie fortement sur les hommes de la maison, et va jusqu'à leur mordre les mollets... 

Après sa journée de travail, Christian rentre à la maison, tout comme ses deux fils étudiants... et ils sont accueillis par les aboiements stridents de Pacifique. Difficile de saluer sa femme ou sa maman dans ces conditions... comme à chaque fois qu'ils essaient de lui parler.
D'ailleurs, si la discussion se prolonge, Pacifique n'hésite pas à mordre les mollets !
Le soir, quand toute la famille regarde la télévision, Pacifique se fait entendre et semble ne pas supporter d'être mise à l'écart...

Sauvée d'un trafic de chiens en provenance de Roumanie, Pacifique a été adoptée via un refuge de la SPA il y a 3 semaines. 
D'abord peureuse, elle s'est progressivement rapprochée de sa maîtresse, femme au foyer. Maintenant, elle est habituée à ne pas aller à l'étage ni rentrer dans les chambres, à ne rien recevoir pendant les repas, à rester calme le matin au salon durant les préparatifs des uns et des autres, et la promenade se passe en toute quiétude.
En journée, elle est très proche de sa maîtresse, qui répond bien volontiers à ses demandes d'attentions. Pacifique a sa gamelle à disposition, et elle a la particularité d'y aller manger, une croquette à la fois, quand il y a du monde dans la cuisine, à côté d'elle.

Pacifique ne connaît pas la frustration : elle décide systématiquement quand elle veut sortir, avoir un câlin, jouer, manger, suivre sa maîtresse et contrôler les allers-venues. Et quand un importun surgit ou qu'un événement empêche sa capacité à avoir accès à sa maîtresse, elle trouve des astuces pour reconquérir son pouvoir ! Aboyer ne suffit pas ? Mordre les mollets fera plier les indélicats qui osent parler à sa pourvoyeuse d'attentions !

Afin d'expliquer la situation à ses propriétaires, j’ai utilisé cette métaphore : c’est comme si Christian imposait brutalement à sa femme de ne pas aller à la chorale (ce qu'elle adore faire une fois par semaine)… mais cède dès que sa moitié lui fait des misères (grève de repassage de ses chemises, de cuisine, de câlins...) ! Cette dernière sait désormais comment faire plier son mari s'il tentait à nouveau de lui enlever son plaisir hebdomadaire !
Pacifique fait ainsi des misères à ceux qui s’approchent de « sa maîtresse »... ou plutôt devrait-on parler de « sa bonne » !

Il faut donc mettre en place des règles strictes couplées à des compensations à d’autres moments : par exemple, si je reprends ma métaphore, puisqu'il n'est pas possible d'aller à la chorale, Christian proposera à sa femme d'aller au cinéma le lendemain… Alors pour en revenir à Pacifique, on devra détourner ou ignorer les comportements déplaisants, voire la mettre quelques instants à l'écart, poser de nouvelles règles, comme ne plus laisser sa nourriture à disposition, ne plus accepter qu'elle nous suive partout où elle veut...

J'ai rencontré des gens très motivés pour modifier leurs comportements, et amener ainsi Pacifique à respecter une certaine distance vis-à-vis de sa maîtresse. Il est probable que les aboiements de Pacifique se fassent plus stridents dans un premier temps (il faut accepter le changement), mais la situation devrait s'améliorer rapidement.



Write a comment

  • Required fields are marked with *.

If you have trouble reading the code, click on the code itself to generate a new random code.