Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
Laurence Bruder Sergent

18 années au service des propriétaires, refuges, associations, plusieurs ouvrages publiés, des années d’enseignement en France et à l’international pour défendre la cause des animaux


Expertise...

Notre avis sur les méthodes de certains professionnels du dressage

En ce mois d’octobre 2016, une émission diffusée sur la chaîne à Très Faible intelligence a encore illustré la cruauté commise par deux pseudos professionnels.

On les voit cracher sur les chiens, les pincer, les pendre avec leurs laisses, les traîner, enfourner la main dans leurs gueules […], et ne pas tenir compte des signaux de terreur exprimés.

Même quand l’animal terrorisé essaie de se cacher derrière les jambes de sa maîtresse, il est extirpé et forcé à subir encore son calvaire.

Les méthodes exhibées font croire à des résultats rapides, et le public non averti en est subjugué.

 

Décryptage des images et des attitudes

Je précise qu’aucun acteur n’est visé sur sa personnalité, ce ne sont que les moyens que je commente ainsi que leurs répercussions sur les animaux. 

jours émotionnelle, que les chiens subissent, qui rend les démonstrations aussi aisées. Après quelques minutes de traitement intensif, le chien est dans une sidération que l’on peut voir à l’œil nu. 

A force de contrer les comportements, contraindre, interdire, empêcher, forcer le chien à tolérer ce qu’il n’accepte pas au départ ou ne sait pas gérer émotionnellement et physiquement comme ses humains le voudraient, on le rend totalement amorphe, apathique, en état presque végétatif (sans réaction de vie, de joie ou d’excitation). 

Par des séances de contention interminables, de maintien, de blocage du chien jusqu’à complète reddition, on arrive à un émoussement émotionnel, une disparition de la peur (qui est pourtant une émotion vitale), une suppression des réactions, une absence d’enthousiasme, une inhibition des initiatives, des troubles de la mémoire, de l’humeur, du comportement, une permanente détresse qui génère donc un calme constant, un électroencéphalogramme réduit à son minimum, bref, l’équivalent d’une « lobotomie » de l’animal. C’est l’impuissance apprise, le chien sait qu’il ne peut s’échapper à ce qui lui arrive.

Si vous vous intéressez à la question, n’hésitez pas à renseigner sur le syndrome de Klüver-Bucy, qui recense les impacts que l’on constate sur les chiens passés entre les mains de soi-disant utilisateurs de méthodes non violentes et énumère les répercussions possibles sur le long terme. 



Vos commentaires

Mina
Posts: 2
Comment
Maltraitance
Reply #3 on : Wed November 16, 2016, 09:51:54
Merci d'alerter à ce sujet.
J'ai toujours eu des chiens. Je vous rejoins et rien ne justifie la violence et la maltraitance sur les animaux et non plus sur des enfants, femmes ou homme d'ailleurs.
Se sont des personnes perverses qui n.ont aucune personnalité et ne se nourrissent que du mal qu'ils peuvent faire tout cela pour le POUVOIR sur l'autre...de plus l'animal ne pouvant pas parler ils se défoulent de toutes leurs frustrations sur eux . Lamentable.
Continuez cette bataille il faut que cela cesse. Nous sommes dans un pays civilisé dit-on avec des valeurs ????
Cordialement.
Mina

Vos commentaires

laurence
Posts: 1
Comment
l'article sur les limites des méthodes positives
Reply #2 on : Mon October 07, 2013, 21:56:30
Bonjour,
je pense que vous avez voulu réagir à l'article sur les limites des méthodes positives publié dans les DNA, non ?
Je reviens sur vos remarques : je ne démonte aucunement les méthodes positives, au contraire ! J'y écris qu'elles sont très efficaces pour les situations modérées. Je mets plus de prudence et de mesure pour les situations graves comme les morsures sur congénères sans menace préalable, c'est vrai.
Si vous souhaitez continuer le débat, je vous invite à vous rendre sur le profil Facebook de Vox Animae Ecole de Formation : les discussions y vont bon train !
Merci d'avoir exprimé votre avis,
Cordialement,
Laurence Bruder Sergent

Vos commentaires

Anonymous
Posts: 2
Comment
Re:
Reply #1 on : Sun October 06, 2013, 17:39:22
Bonjour, dans un article paru dans le DNA, vous démontez les méthodes positives en quelques lignes ; les défenseurs de ces méthodes ont déjà du mal à être pris au sérieux mais avec ce type d'article, c'est encore un coup porté. Je pense que ce n'était pas volontaire, du moins je l'espère, ou alors c'est le/la journaliste qui a mal interprété vos propos.

Ecrire un commentaire

  • Les champs obligatoires sont précédés d'une *.






 

Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.

Articles qui pourraient vous intéresser

Accédez à tous les articles en relation