Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
LBS général

17 années au service des propriétaires, refuges, associations, plusieurs ouvrages publiés, des années d’enseignement en France et à l’international pour défendre la cause des animaux prédilection.


Expertise...

Le comportementaliste - Page 2

Le comportementaliste saura vous indiquer s’il est nécessaire d’envisager un second entretien. Certaines problématiques sont en effet rapidement résolues, d’autres prennent plus de temps ; cela dépend des motivations et des capacités d’ajustement des uns et des autres. Le rendez-vous suivant consistera à faire le point sur ce qui a fonctionné et ce qui doit être corrigé. Chaque situation est différente et ce qui est opérant pour l’une, ne fonctionne pas forcément pour une autre. Il faudra alors tenir compte des réactions de la famille et du chien.

Généralement deux entretiens suffisent lorsqu’il s’agit d’un problème relationnel mais certaines personnes souhaitent être accompagnées plus longtemps. Le comportementaliste interviendra tant que l’on aura besoin de lui.

Ce qu’un comportementaliste n’est pas

> Comme dans toutes les professions, il y a des méthodes qui varient dans la manière d’aborder le client, le chien, et même dans la tarification des prestations.

> Sachez néanmoins qu’il existe un code de déontologie des comportementalistes et que, pour ce professionnel de la relation d’aide, certaines pratiques sont inacceptables

> Le comportementaliste ne décide pas à votre place de ce qui est bon pour vous

> Le comportementaliste ne juge pas ses clients, il s’abstient de faire part de son opinion quand celle-ci ne fait pas avancer la problématique

> Il accompagne les clients qui ont sollicité son aide, il n’est ni juge ni moralisateur• Il s’interdit d’imposer à ses clients ce qui ne correspond pas à leur demande

 Certaines personnes vivent mal le fait de ne pas avoir de contrôle sur leurs chiens, il est donc nécessaire qu’une certaine discrétion soit respectée, pour ne pas heurter leur sensibilité. Il est évident qu’arriver chez le client au volant d’une voiture bariolée de signes distinctifs peut aller à l’opposé de ce critère. On peut comprendre que le client soit inquiet de la réaction de ses voisins !

La sérénité et la confidentialité avec le comportementaliste qui devraient régner durant leur conversation seront donc difficiles, voire impossibles à installer. L’entretien est généralement propices aux confessions et il est indispensable de savoir que ce qui est dit et entendu ne sera pas raconté à d’autres personnes.Le comportementaliste veillera donc à instaurer un climat de confiance, il respectera les émotions de ses clients et de leur animal, mais le propriétaire aussi à un rôle à jouer : il doit s’investir pour le changement et accepter de se remettre en question.

Si chacun montre sa motivation à faire évoluer la situation, il y a peu de problèmes insolubles.



Write a comment

  • Required fields are marked with *.

If you have trouble reading the code, click on the code itself to generate a new random code.