Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
Laurence Bruder Sergent

18 années au service des propriétaires, refuges, associations, plusieurs ouvrages publiés, des années d’enseignement en France et à l’international pour défendre la cause des animaux


Expertise...

Médiation animale en Alsace

Un psychologue vous parle : Médiation animale en Alsace

La médiation Animale par Georges-Henri ArensteinL’Alsace. Région culturelle, historique et gastronomique de l’est de la France. Je dis « gastronomique » mais en France, toutes les régions, toutes les villes et même les plus petits villages sont gastronomiques ! En Alsace, on parle le français et l’alsacien.

Pour situer l’Alsace en quelques mots, retenez les noms des villes importantes : Strasbourg, Colmar, Mulhouse. Goûtez à la boisson « amer bière », visualisez la cigogne, dégustez la tarte flambée (ou Flammekueche, une version améliorée de notre pizza-bacon-extra-ognon) et le pain d’épices. Question faune, on y trouve encore des loups… et même des castors !

Et c’est en Alsace que votre chroniqueur a passé le mois d’août dernier !

 

Un centre de formation spécialisé

Le Centre VOX ANIMAE m’a donné ce privilège de présenter mon cours PFPMA (Programme de formation professionnelle à la médiation animale) au complet à un groupe de six comportementalistes chevronnés. Cinq filles et un gars. Il semble qu’en France comme au Québec, la médiation animale est essentiellement une activité féminine.

Le programme de votre chroniqueur est fortement imprégné de psychologie humaniste. Cette dernière est minoritaire en France, quasiment inconnue. Le concept de l’ici et maintenant, de la frontière-contact, des mécanismes d’adaptation pourtant bien connus au Québec constituent une nouveauté dans le monde de la psychologie humaine en France. En effet, chez nos cousins français, c’est la psychanalyse qui domine et ce, dans un grand nombre de sphères d’activités humaines.

 

Le déroulement des opérations

La canicule de l’été au Québec m’a poursuivi tout au long de mon séjour en France, sauf la dernière semaine. Malgré la touffeur de l’atmosphère, les sourires étaient quotidiennement au rendez-vous. Un jour sur deux, la présence des chiens a contribué à installer un climat de joie et de solidarité et ce, d’autant plus que nous avons été invités à deux reprises à passer quelques heures dans ce que les Français appellent un ÉHPAD, l’équivalent de nos CHSLD. Les résidents s’en sont donné à cœur joie, sans compter la participation enthousiaste du personnel de la structure.

Il m’a semblé que les résidents de l’ÉHPAD de là-bas étaient plus actifs et plus vigoureux que les résidents de nos CHSLD. Tous se sont montrés volontaires pour exécuter des activités avec les chiens. Tous ont vécu non pas une mais plusieurs interactions à la fois entre eux dans la salle communautaire ainsi qu’avec les intervenants.

Plusieurs en ont redemandé et nous aurions facilement pu passer la journée entière avec eux. Les jeux et les exercices exécutés dans la structure visitée sont sensiblement pareils à ceux que nous proposons au Québec. J’ai aussi trouvé que le personnel français faisait preuve d’une collaboration enthousiaste tant à l’égard de leurs résidents qu’à l’égard des chiens. Ceci dit, à quelques détails près, je me sentais là-bas comme au Québec.

 

La psychologie humaniste

Un mot encore sur la psychologie humaniste adaptée à la médiation animale. Non seulement cette orientation a ravi les stagiaires présents, mais les chiens eux-mêmes ont semblé tout autant y prendre goût. Un des piliers de la psychologie humaniste est le concept de l’ici et maintenant.

Ce concept a été appliqué avec brio par les stagiaires qui ont réussi ce tour de force qui consiste à rester en contact avec le vécu des résidents, à faire preuve d’empathie, tout en restant centrés sur leur propre expérience. Un autre élément central de l’approche humaniste est le concept de responsabilisation.

Il est dit que nous sommes censés être responsables de nos comportements, de nos émotions et de nos idées. Encore une fois, les intervenants ont spontanément appliqué cette idée sans difficulté, les résidents s’étant montrés particulièrement ouverts et réceptifs. À la question traditionnelle « Comment te sens-tu ici et maintenant ? », même les chiens ont répondu présent à leur manière et sans se faire prier.

Malgré des heures de travail assez contraignantes, j’ai pu bénéficier de la présence de plusieurs amis alsaciens : j’ai pu goûter à la gastronomie locale ainsi qu’aux incontournables vins régionaux.

Pour le bénéfice de tous les acteurs faisant partie de ce projet, il a été convenu de renouveler l’expérience en juin 2016. Avis aux amateurs !

Découvrez notre formation personnalisée qui débutera dès le mois de Septembre 2016 :
Renseignements et inscriptions

Formation médiation animale - Vox animae

Ecrit par Georges-Henri Arenstein
Revue Pattes Libres (novembre 2015)

 



Write a comment

  • Required fields are marked with *.

If you have trouble reading the code, click on the code itself to generate a new random code.