Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
Laurence Bruder Sergent

18 années au service des propriétaires, refuges, associations, plusieurs ouvrages publiés, des années d’enseignement en France et à l’international pour défendre la cause des animaux


Expertise...

Lorsque son environnement change

Médor aime la routine, les habitudes, le respect de certains rituels de son quotidien et n’apprécie que modérément les grandes perturbations.


Dans la plupart des cas et en procédant avec tact et un peu de méthode, il suffira de quelques jours pour que notre meilleur ami s’ajuste à des changements dans la vie humaine, notamment d’habitation, d’horaires de nourrissage ou de promenades.

Animal doué d'une adaptabilité exemplaire dans la plupart des évènements de la vie humaine, ses limites peuvent néanmoins être atteintes dans certaines circonstances.

Des perturbations plus ou moins lourdes à supporter

illustration Patrice Seiler chien habitude

Certaines perturbations peuvent le déstabiliser grandement, jusqu’à l’amener à un choc pour les individus à la gestion émotionnelle fragile.

Prenons la situation rencontrée récemment, de ce chien de 4 ans qui a toujours vécu à la maison avec ses maîtres. Un enfant arrive et l’animal n'est plus le bienvenu, du fait des craintes liées à l'hygiène, aux peurs des nouveaux parents ainsi que des réflexions alarmistes de l'entourage.

Dotés des meilleurs intentions du monde, les propriétaires construisent un enclos extérieur garni d’une belle niche, des gamelles d'eau et de croquettes constamment remplies, d’un coin pour l’ombre et un autre pour s'abriter de la pluie, et même des jouets pour passer le temps. 

Tout paraît parfait sauf que le chien est à présent terriblement seul. Exclu de la vie de famille, sans les stimulations habituelles, ni la présence de ces êtres d'attachement, sans les manifestations affectives de chacun, il dépérit durant les longues heures où il ne voit personne.

Anticiper les risques en se projetant dans son monde

Si vous envisagez d'occasionner des changements dans votre mode de vie, n'oubliez pas de réfléchir aux répercussions pour votre animal de compagnie. Il arrive trop souvent que l’on se centre sur nos propres désirs en omettant de tenir compte des siens. Les questions à se poser pourraient être de cet ordre : que veut-il ? Que peut-il supporter ? Que vivra-t-il ? Quelles seront les répercussions sur son quotidien, son comportement et son moral ?

Loin de moi l’idée d’empêcher les humains de vivre leur vie ! Il s’agit simplement d’anticiper afin de réduire l’inconfort de chacun, y compris du chien.

Quelques astuces à mettre en place

Il existe plusieurs méthodes que l’on peut mettre en place pour limiter les conséquences en cas de grand changement. La règle de base est de ne surtout pas exclure votre meilleur ami, ni le laisser désœuvré. Vous pouvez lui proposer des objets et accessoires qui stimuleront sa curiosité, l’occuperont et le distrairont lorsque vous ne pourrez pas vous charger de lui. Des sorties dans de nouveaux environnements raviront ses sens puisqu’il verra, entendra, flairera, touchera des stimuli jusque-là inconnus et rencontrera peut-être des congénères. Vous pourrez l’habituer progressivement à un grand changement tout en lui fournissant un intérêt, des animations quotidiennes qui lui éviteront de s’éteindre peu à peu et l’aideront à passer le cap difficile.

Il n’est pas aisé pour tous les chiens de s’adapter à chaque modification dans l’environnement, il en est même qui résistent vigoureusement et manifestent leur mécontentement à grand renfort d’aboiements ou d’agitations. Les mêmes conseils s’appliqueront que pour ceux qui ont l’air passifs : anticipation, distraction, occupation, intégration, et surtout pas négligence ou isolement.

 

Laurence Bruder Sergent
Vox Animae



Write a comment

  • Required fields are marked with *.

If you have trouble reading the code, click on the code itself to generate a new random code.