Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
Gwendoline Le Peutrec-Redon

Comportementaliste spécialiste du chat, mes compétences s'étendent à tous les problèmes de comportement félin, y compris des chatons grâce à mon activité d'éleveuse.


Expertise...

Les signes de mal-être chez le chat - Page 2

Par Gwendoline Le Peutrec-Redon

Les signaux de mal-être

La difficulté avec ces signaux de stress c’est qu’ils peuvent aussi traduire une pathologie médicale, une maladie, une douleur… Donc en cas d’apparition brutale, intense et répétée, il faut aller consulter le vétérinaire pour traiter si nécessaire.

Il va y avoir des signaux qui relèvent directement d’attitudes, de mimiques, de postures et d’autres peuvent être plus différés dans l’expression d’un comportement particulier comme les éliminations hors litière, des toilettages intempestifs, des griffades intensives, des miaulements intempestifs, des agressions envers l’humain ou d’autres animaux etc… Les signaux directement observables caractérisent en général une émotion instantanée, un stimulus qui vient juste de se produire tandis que les séquences comportementales peuvent intervenir peu de temps après l’agent stresseur comme plusieurs heures après et signer un état de stress durable.

Voici quelques signes qui vous indiquent que votre chat est en train de vivre un stress, une forte émotion, même positive (n’oubliez qu’en éthologie, on parle aussi de stress positif) : La mydriase ( pupilles dilatées), le rolling skin (petites vagues successives sur le dos du chat), léchage du haut de l’épaule, oreilles qui bougent rapidement, queue qui bat ou  hérissée, coussinets qui transpirent, léchage rapide des moustaches ou des organes sexuels, miaulements/cris/hurlements, pilo-érection (poils du corps hérissé), pellicules (qui disparaissent dans les 24 heures), miction ou défécation soudaine et  vidange des glandes annales. Une attention particulière sera portée au ronronnement qui signifie aussi un stress ou de la douleur chez le chat et pas seulement un moment de confort : c’est l’attitude générale de l’animal et le contexte qui permettent de faire la différence entre l’un et l’autre.

Quand le chat manifeste un ou plusieurs de ces signaux, il est recommandé de ne pas chercher à la réconforter par des câlins ou caresses car ce n’est pas ce qu’il recherche sur le moment. Ces échanges affectifs seront appréciés par le chat lorsqu’il sera détendu et disponible psychologiquement.

Pour le stress durable, d’autres signaux sont observables : excitation, manque de concentration/d’attention, soif en augmentation (attention aux problèmes médicaux), grattages et/ou léchages excessifs, hyper-réactivité, hyper-vigilance, perte de poils, automutilations, pellicules persistances, vomissements…

Rappelons également que le chat est un animal territorial et dans les situations où il se sent stressé, frustré, il va pouvoir multiplier les marquages afin de rendre son espace de vie plus sécure, apaisant. Cela peut prendre la forme d’une amplification des 4 façons de marquer chez le chat : éliminations, griffades du mobilier, frottements (dépôt de phéromones) ou position d’occupation de l’espace (quand le chat s’allonge ou s’assoit sur les nouveaux objets ou objets que vous utilisez).

 




Ecrire un commentaire

  • Les champs obligatoires sont précédés d'une *.






 

Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.