Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
Marie Perrin Bassler

Insérée dans l'univers cynophile alsacien et français depuis plusieurs années, mon but est d'aider les maîtres un peu débordés par leur animal, en mettant mon savoir et mon savoir-faire au service de leur mieux-être.


Expertise...

Les signaux d'apaisement : une grammaire efficace

Educatrice de renommée internationale, fondatrice de l’école des chiots norvégienne, Turid Rugaas a voué sa vie aux chiens et à leur bien-être. Elle les a regardés vivre et interagir, a essayé de les comprendre. Durant plus de dix ans, elle a notamment analysé le langage corporel du chien et ses recherches sur les signaux d’apaisement sont aujourd’hui mondialement connues.


Les chiens possèderaient un répertoire d’environ trente signes, peut-être plus. Les uns servent à s’apaiser soi, d’autres à apaiser l’autre. Tous les chiens n’utilisent pas tous ces signaux : certains individus ont un vocabulaire plus riche que d’autres. Ils les utilisent entre eux, pour communiquer avec leurs congénères, mais aussi avec les êtres humains, lesquels malheureusement ne les comprennent pas toujours.

 
Or lorsqu’on ne prend jamais en compte les signaux émis par le chien, on court le risque de le voir développer des troubles du comportement, des conduites agressives, de la nervosité ou du stress. C’est pourquoi il semble important de parler de ces signaux et de former les gens à les reconphotographie Laurence Bruder Sergentnaître et à les respecter.
 
En cours d’éducation, un chien qui s’ébroue, se gratte, bâille ou se met soudain dos tourné se fait généralement rabrouer et vertement tancer. Il ne fait que notifier son inconfort, mais les humains le soupçonnent aussitôt d’indiscipline, de désobéissance, voire de rébellion… et le houspillent !
 
Quel apprentissage ce chien fait-il ainsi ? Tout simplement que ses signaux, socle d’une vie sociale harmonieuse, ne servent à rien dans un monde d’humains. Un facteur de stress intense, évidemment. Et un coup de canif de plus dans la communication interspécifique, déjà bien malmenée par les incroyables exigences que nous faisons peser sur nos chiens... Et par l’incroyable anthropocentrisme dont nous faisons preuve en permanence, incapables de nous adapter à la spécificité de l’autre, du différent.
 
Quels sont ces signaux ?
 
Bâiller, se lécher, tourner le dos ou la tête, s’arcbouter (posture de salut ou d’appel au jeu), renifler le sol, marcher lentement ou en arc de cercle, se figer, s’asseoir ou lever une patte, « sourire », remuer la queue, coller les oreilles sur le crâne, s’allonger ventre contre terre, se lécher les babines, uriner sous soi, s’ébrouer : autant de signaux très clairs entre chiens, qui peuvent se combiner entre eux pour former toute une grammaire du « bien vivre ensemble ». Les chiens ne s’y trompent pas, il n’y a que nous pour n’y rien comprendre!
 
Et pourtant, à force d’entraînement, l’on se rend compte que certains signaux sont très aisés à reconnaître. L’on peut même, ensuite, en utiliser certains soi-même pour apaiser son chien, ou un chien inconnu. Tourner la tête face à un chien, avancer lentement ou en arc de cercle, se faire plus petit : autant de possibilités pour lui signifier que nos intentions sont pacifiques.
 
Certains auteurs préconisent ainsi d’utiliser les positionnements pour apaiser son chien lorsqu’il manifeste de l’anxiété : ainsi, en cas de peur d’un événement donné, se mettre dos au « danger » (perçu comme tel par le chien) mais face au chien. Ceci a valeur anxiolytique et a souvent pour effet de faire immédiatement baisser la tension de l’animal.
 
Un vrai langage corporel
 
Evidemment, tout ceci n’a pas valeur scientifique : les conclusions de Turid Rugaas n’ont jamais été validées dans des laboratoires d’éthologie. Néanmoins, même s’il s’avérait que le terme « apaisement » n’est pas approprié, tous ces signaux n’en demeurent pas moins un vrai langage corporel, émis par les chiens pour signifier leurs intentions, leur inconfort, bref éviter de rentrer en conflit…
 
Et si d’aucuns, dans la cynophilie française, se gaussent de l’intérêt que nous pouvons porter à leur décryptage, et du soin que nous mettons à les respecter, qu’importe ! Nos chiens, eux, nous montrent tous les jours, par leur quiétude et sérénité, que nous sommes indubitablement dans le vrai…
 
Marie Perrin
http://marie-perrin-comportementaliste.blogspot.fr




Ecrire un commentaire

  • Les champs obligatoires sont précédés d'une *.






 

Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.

Articles qui pourraient vous intéresser

Accédez à tous les articles en relation