Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
Laurence Bruder Sergent

18 années au service des propriétaires, refuges, associations, plusieurs ouvrages publiés, des années d’enseignement en France et à l’international pour défendre la cause des animaux


Expertise...

Les maladies qui perturbent les comportements des chiens

Le Docteur Vétérinaire Jacques Millemann, spécialisé en homéopathie, vient apporter son aide à notre comportementaliste Laurence Bruder Sergent, qui nous résume souvent les origines possibles des problèmes de comportement des chiens.

Différents facteurs entrent en ligne de compte lorsque l’on cherche à comprendre les origines des comportements non souhaités des chiens : elles peuvent être liées au contexte de vie de l’animal, à ses conditions de développement et de croissance, ou à son âge. Toutes ces éventualités peuvent d’ailleurs se combiner et former un ensemble multi causal.

La santé est déterminante

Chien maladeBien entendu, la santé de l’animal reste primordiale. Pour éviter de passer à côté d’une cause biologique et s’assurer que les problèmes de comportement ne sont pas révélateurs d’un trouble organique, le vétérinaire doit prendre en compte un certain nombre de critères. Le Docteur Vétérinaire Jacques Millemann évoque quelques hypothèses : 

- Les prédispositions raciales, liées à la sélection de l’Homme : un terrier par exemple élevé pour chasser renard ou blaireau dans son repaire aura normalement un caractère plus tenace qu’un retriever chien de chasse spécialisé dans le rapport du gibier abattu ;

- les maladies acquises du fait d’une mauvaise alimentation, ou d’un dysfonctionnement interne : les chiens aussi développent des pathologies qui perturbent toute leur biologie ;

- les accidents, chocs, et leurs suites : la douleur, le traumatisme, le stress ressentis ont des conséquences sur l’attitude de tout être vivant ;

- les tares congénitales, les infirmités, les troubles sensoriels : un chien sourd ou aveugle, handicapé moteur ou cérébral n’a pas la même acuité qu’un individu sain et performant à 100 %. De ce fait, l’amoindrissement de ses capacités l’affaiblit et peut l’amener à produire des comportements adaptatifs différents ;

- les douleurs diverses ont aussi leur rôle : elles engendrent très légitimement  une réaction de défense ;- la dégénérescence sénile : comme nous l’évoquions il y a quinze jours, l’âge venant, nous sommes plus irritables, moins patients. Les chiens aussi. La diminution de l’acuité sensorielle (cataracte, surdité liée à l’âge…) et l’arthrose (ou dégénérescence articulaire) entraînent une crainte, de la méfiance voire de l’anxiété ;

- les évènements physiologiques, l’équilibre hormonal, les parasitismes éventuels (comme gale, démodécie, verminoses …)

A la lecture de cette liste non exhaustive, on l’aura compris, un examen vétérinaire préalable à une visite chez un comportementaliste est toujours souhaitable afin d’éviter de passer à côté d’un problème physiologique.

 

Laurence Bruder Sergent
Vox Animae



Write a comment

  • Required fields are marked with *.

If you have trouble reading the code, click on the code itself to generate a new random code.