Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
Ariane Kirton


Expertise...

Les effets de la ronronthérapie - Page 3

 

Plusieurs utilités possibles sont à l’étude

Les chercheurs en musicothérapie ont prouvé que l'écoute de ces basses fréquences aide à réduire l'anxiété (Ahonen, 2013). Ces mêmes fréquences sont utilisées à des fins thérapeutiques par les kinésiologues qui les utilisent sous la forme électrique ou mécanique (Gaucher, 2012). D'ailleurs, les chercheurs d'Animal Voice ont prouvé qu'à lésion égale, les chats auraient cinq fois moins de séquelles que les chiens et ils se remettraient en forme trois fois plus vite (Gauchet, 2012). Dans ce sens, des médecins orthopédistes ont remarqué une accélération des processus de cicatrisation et de création de nouveaux tissus chez les patients qui avaient reçu un traitement avec les basses fréquences (Gauchet, 2012).

Ainsi le ronronnement du chat, à cause de ces basses fréquences aurait une action antalgique et anabolisante (Gauchet, 2012). Ensuite, des études montrent que le ronronnement aide à relaxer parce qu'il déclenche la sécrétion de la sérotonine qui est l'hormone du sommeil (Aïache, 2009). Les vétérinaires ont remarqué que lorsque des chats sont blessés, ils ronronnent malgré la douleur (Gauchet, 2012). Selon ces vétérinaires, les chats tentent de se calmer et de se relaxer en ronronnant ce qui permet une plus grande sécrétion de mélatonine (Gauchet, 2012). En dernier lieu, des études ont constaté que des bébés humains remuant dans le ventre de leur mère se calmaient aussitôt qu'un chat ronronnait sur le ventre de la mère humaine (Aïache, 2009).

Ariane Kirton

Étudiante au Baccalauréat en psychologie

Université du Québec à Montréal

 

Références 

Aïache, Véronique. (2009). La ronronthérapie : Ces chats qui nous guérissent.

Ahonen, Heidi. (2013). Low Frequency Research – Client Populations and common Frequencies Used : Literature Reviwe. Repéré àfile:///home/ariane/Bureau/LOW%20FREQUENC%20RESEARCH%20%20%20ASA%20Balance.htm

Gauchet, Jean-Yves. (2012). Et si le ronronnement avait des vertus thérapeutiques? Certains l'appellent ronronthérapie. Repéré à http://www.effervesciences.com./accueil- ronron.html

Gauchet, Jean-Yves. (2012). Mon chat et moi, on se soigne : Il me soigne. Paris : Le courrier du Livre.

Monteil, Benjamin. (2012). Les chats à travers l'histoire. Repéré à http://www.histoire- fr.com/dossier_chats_histoire.htm

Tonelotto, Myriam. (Scénario et réalisation). (2009). La voie du chat [Film]. France : La Bascule




Write a comment

  • Required fields are marked with *.

If you have trouble reading the code, click on the code itself to generate a new random code.