Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
Laurence Bruder Sergent

18 années au service des propriétaires, refuges, associations, plusieurs ouvrages publiés, des années d’enseignement en France et à l’international pour défendre la cause des animaux


Expertise...

Les besoins fondamentaux de nos chiens familiers 3/3 - Page 1

Les besoins individuels des chiens 

Avant d’appartenir à la race « caniche » ou « berger allemand », chaque chien est un individu à part entière, avec son propre tempérament, son profil émotionnel, ses préférences et ses limites, son histoire et son rythme de vie.

Les caractéristiques individuelles du chien peuvent impacter ses comportements, ses habitudes, l’emploi du temps de son entourage, et même supplanter, momentanément ou définitivement, d’autres items énoncés dans nos 2 articles précédents ou dans la liste ci-dessous.

La peur : ni pathologique ni inutile

Elle est nécessaire à la survie de l’individu et de l’espèce. La réaction automatique du cerveau confronté à cette émotion de base fait réagir tout son corps, quand un organisme perçoit un danger, qu’il soit réel ou imaginaire.

C’est la peur qui maintient en vie car elle nous rend vigilants et nous évite d’adopter des comportements dangereux.

On peut dénombrer plusieurs sources de peur chez le chien :
  • les peurs instinctives comme le feu, le vide, les bruits soudains, les conditions climatiques changeantes…,
  • les peurs apprises à cause d’expériences traumatiques qui s’inscrivent dans sa mémoire et se réactivent lorsqu’il se trouve dans une situation similaire,
  • la peur de l’inconnu s’il a été élevé par une génitrice primipare stressée, s’il a grandi dans un milieu hypostimulant…


Comprendre la réaction du chien pour l’aider face à sa peur

Chaque chien produira une réponse individuelle, selon son instinct, son expérience et son histoire personnelle.

En reconnaissant dans son attitude les signaux d’apaisement, voire la menace défensive, ou encore une activité de substitution (comme manger de l’herbe ou déchiqueter sa laisse), on devra d’une part respecter son état émotionnel en ne le réprimandant pas, et on pourra d’autre part identifier puis cesser ou faire cesser le stimulus inquiétant. Si ce n’est pas possible, parce qu’on ne contrôle pas la situation (un chien libre court vers lui, l’orage…), il faudra lui permettre de fuir ou chercher refuge, dans un lieu qu’il trouve sécurisant.

Pour apprendre à gérer la peur, un processus d’habituation ou de désensibilisation peut être mis en œuvre.



Write a comment

  • Required fields are marked with *.

If you have trouble reading the code, click on the code itself to generate a new random code.