Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
Vincent Pfeiffer

La connaissance de la biologie et l'éthologie de nos carnivores domestiques est en priorité ce qui guide l'organisation des journées et les aménagements réalisés dans ma SPA de Besançon.


Expertise...

Le bâton et la carotte - Page 3

Toujours tributaire de l’objet, mais à moindre coût, le bon vieux coup de journal est aussi une invention à la noix. Depuis quand le chien ne fait-il pas la différence entre l’attitude toute entière de quelqu’un qui veut le frapper, et celle qu’il aura pour le caresser ? La main seule ne fait pas sens et il n’y a pas de risque qu’un chien l’assimile uniquement à la sanction. Une chienne lèche et corrige ses petits avec sa gueule, il n’y a pas d’ambiguïté lorsque l’outil est bien maîtrisé. Aller chercher le journal présente l’énorme inconvénient de retarder la punition et au chien d’oublier ce pour quoi on finit par le punir.

Une punition ne doit jamais verser dans la violence, et un chien ne peut pas être puni pour ce qu’il ne peut exécuter car il ne l’a pas appris, ni pour ce qu’on ne lui a pas interdit.Dans tout dressage qui se déroule dans un but utilitaire (et non pour le plaisir!), il faut avoir pour but le maximum de résultat en mettant en œuvre un minimum de moyens.Dans une relation bien structurée, basée sur la confiance, la tendresse, la complicité, il sera possible de résumer la sanction physique à un geste presque symbolique (lorsque le NON ne suffit pas). Prendre l’habitude de stimuler l’attention du chien en se servant d’ordres dits à voix basse, accompagnés d’une gestuelle éloquente, permettra ensuite une grande liberté dans la gradation et l’insistance, ainsi qu’une marge de manœuvre confortable pour le maître.Tout signe de soumission du chien doit immédiatement stopper la punition. Le cas échéant, si le chien se sent menacé car l’incompréhension est mutuelle, le risque de morsure est important et justifié! Chaque chien a sa sensibilité propre.

Il est aussi nécessaire de faire la différence entre un comportement canin qu’on peut éteindre sur le long terme et d’autres qu’il faut faire cesser très rapidement. Prenons l’exemple d’un chien qui saute sur les gens, ce comportement désagréable pour un adulte peut se révéler très dangereux sur un enfant.Agir avec mesure et tact, tendre à tout prévoir pour éviter de mettre le chien dans une situation propice à la désobéissance et aux conduites dangereuses, sont des qualités à développer sans cesse, car tous les chiens sont différents. Le but est d’avoir davantage à se servir de « carottes », mais le « bâton » ne peut raisonnablement pas être une notion totalement absente.
 
Vincent Pfeiffer comportementaliste




Ecrire un commentaire

  • Les champs obligatoires sont précédés d'une *.






 

Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.

Articles qui pourraient vous intéresser

Accédez à tous les articles en relation