Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
Laurence Bruder Sergent

18 années au service des propriétaires, refuges, associations, plusieurs ouvrages publiés, des années d’enseignement en France et à l’international pour défendre la cause des animaux


Expertise...

La méthode B.E.T.I.S.E.S. 2/2 : intervenir sans violence

Après le laisser faire (Bon sens), l’anticipation (Evidence), la distraction (Transférer son attention) et l’Imagination, voyons à présent trois autres stratégies que l’on peut appliquer lorsqu’un chien adopte, sous nos yeux, une attitude qui nous déplait.

Pour autant il faut bien admettre que lorsque Médor est captivé par quelque chose qui le stimule à un niveau tel que plus rien ne compte pour lui, d’autres manœuvres sont à mettre en action. 

illustration Patrice Seiler chien_betise2Insupportable ?

On pourra Soustraire l’intérêt, par exemple en rendant la situation désagréable pour lui. Ne lui faites surtout pas mal ni peur, il n’apprendrait rien ainsi et vous ne seriez pas un bon pédagogue. En expérimentant les conséquences de sa conduite, il mémorise beaucoup mieux que si on le violentait. Concrètement, s’il saute sur vous, tournez-lui le dos sans un mot, ne lui donnez pas un coup de genou dans le thorax (maltraitance encore trop souvent véhiculée). Si vous vous éloignez systématiquement de lui dès qu’il bondit ainsi, il fera l’apprentissage après plusieurs répétitions, que sa posture ne lui apporte que la rupture du contact avec vous, ce qu’il ne souhaite pas, et cessera peu à peu de l’exprimer. 

Infernal ?

Lorsqu’aucune des alternatives précédentes n’a fonctionné, il reste l’Eloignement, c’est-à-dire mettre le chien à l’écart, le temps qu’il se calme. Cela prend généralement quelques secondes ou quelques minutes. Il est alors temps de lui permettre de revenir près de nous. Sachez tout de même que cette mise en périphérie génèrera en premier lieu une frustration, donc des aboiements, des grattages de porte, des gémissements […] et à son retour parmi vous… un recommencement immédiat de ses agitations ! Il faut alors reprendre la séquence d’isolement provisoire à de nombreuses reprises et grâce à ces enchaînements, il apprendra que sa présence parmi vous est conditionnée à son bon comportement. Il ne s’excitera plus comme avant puisqu’il aura appris que cela génère immédiatement sa mise à distance.

Cette étape demande de la constance de la part des propriétaires et de la motivation : il ne faut pas perdre de vue son objectif et recommencer autant de fois que nécessaire jusqu’à ce que ce nouvel apprentissage soit acquis. 

Stopper

Pour les urgences, comme lorsqu’il grignote votre téléphone ou le tapis persan du salon, il ne reste plus qu’une solution dont il ne faut surtout pas abuser sous peine qu’elle ne perde de son impact : le Stopper instantanément. D’une voix décidée, il s’agit de prononcer son nom et l’injonction de cessation associée. Normalement votre chien arrêtera ce qu’il faisait… pour recommencer quelques secondes plus tard si vous n’êtes pas revenu à l’étape T, soit Transférer son attention sur autre chose. Eh oui, cette réaction que nous adoptons tous à la première contrariété est aussi celle qui tourne très souvent à notre désavantage lorsque l’on néglige de l’utiliser à bon escient. 

S’adapter systématiquement

Heureusement il n’est jamais nécessaire d’appliquer les 7 techniques en même temps, il suffit de choisir celle qui est la plus efficace au regard du contexte situationnel et du profil du sujet.

La méthode B.E.T.I.S.E.S. fonctionne lorsque les faits se déroulent devant nous. Elle incite l’humain à réfléchir avant d’agir et a l’avantage d’être satisfaisante pour l’un sans nuire à l’autre. 

Faisons l’effort, pas les forts !  


Laurence Bruder Sergent
Vox Animae

Méthode B.E.T.I.S.E.S.© 




Ecrire un commentaire

  • Les champs obligatoires sont précédés d'une *.






 

Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.

Articles qui pourraient vous intéresser

Accédez à tous les articles en relation