Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
Laurence Bruder Sergent

18 années au service des propriétaires, refuges, associations, plusieurs ouvrages publiés, des années d’enseignement en France et à l’international pour défendre la cause des animaux


Expertise...

L’arrivée de votre chat chez vous… et chez votre chien

Par Laurence Bruder Sergent

Dans notre dernier article ["lui faire accepter la venue d'un chat"], nous insistions sur le fait qu’il était nécessaire de réfléchir objectivement avant d’acquérir un chat lorsque le foyer comprend déjà un chien, les deux espèces n’étant pas toujours compatibles au quotidien.


Vous avez franchi le pas et vous apprêtez à accueillir un chat adulte ou un chaton dans votre foyer. Un certain nombre de mesures sont à prendre pour sécuriser son intégration.

La rencontre

Il n’y a aucun intérêt à forcer la prise de contact en tenant le chien et le chat dans les bras et en les approchant l’un de l’autre. Aucun des deux ne peut reculer ou s’enfuir, vous pouvez vous faire griffer ou mordre et risquez en plus de créer un traumatisme psychologique (une « sensibilisation ») qui génèrera automatiquement des tensions lors des prochaines rencontres. 

Au contraire, en l’absence du chien, laissez votre chat circuler librement dans les pièces auxquelles il aura accès. Placez-le dans l’espace qui lui sera dédié, préférentiellement en hauteur où le chien ne pourra l’atteindre, afin qu’il prenne ses repères et puisse se déplacer sans risque. Petit à petit, permettez à votre chien de s’approcher et de renifler la présence du nouvel arrivant, sous votre strict contrôle.
  

illustration Patrice Seiler chien_chat adopter un chat et rencontre avec le chienLe processus de familiarisation

Au début, votre chat va certainement feuler, cracher, gronder… C’est sa manière de repousser l’inconnu qui lui, sera sans doute en alerte au moindre mouvement, fixant du regard et se déplaçant rapidement. 

Petit-à-petit, le processus de familiarisation va s’opérer : n’intervenez pas ! Mais préservez vos deux animaux selon leurs niveaux de stress, et laissez-les s’ajuster. L’un va apprendre à ne pas courir sous peine de se faire attraper, l’autre à ne pas se montrer exagérément entreprenant pour éviter les coups de griffe. La complicité ne se décrète pas, elle s’apprend !
 
 

La mise en place du quotidien

Mieux vaut se garder de les faire partager un même espace pour se nourrir et se reposer, au moins les premiers temps de cohabitation. Il sera toujours possible d’y repenser lorsque les animaux se seront apprivoisés, mais chaque étape doit être respectée pour ne pas compromettre leur bonne entente dès le départ. Evitez les espaces exigus, chacun doit pouvoir quitter les lieux et trouver refuge dans un endroit sécurisant.

Il est nécessaire à chaque animal de se sentir bien chez soi, chacun va donc marquer à sa manière son espace. Ce ne sera pas avec des meubles et des tableaux comme nous les humains, mais avec des traces d’urine et de griffes. Si vous souhaitez éviter les spots urinaires et les griffades intempestives, veillez à disposer au moins une litière et des griffoirs dans des emplacements bien en vue de la maisonnée. Votre chat se sentira ainsi en sécurité et à l’aise si ses traces sont visibles.

Comme le renard et le Petit Prince, il faut du temps pour s’habituer à l’autre : l’urgence et la précipitation ne facilitent aucunement les rapprochements entre espèces.

Laurence Bruder Sergent
Vox Animae




Ecrire un commentaire

  • Les champs obligatoires sont précédés d'une *.






 

Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.

Articles qui pourraient vous intéresser

Accédez à tous les articles en relation