Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
Laurence Bruder Sergent

18 années au service des propriétaires, refuges, associations, plusieurs ouvrages publiés, des années d’enseignement en France et à l’international pour défendre la cause des animaux


Expertise...

Intégrer un NAC dans votre foyer avec un chien

Rongeurs, insectes, reptiles, arachnides… les nouveaux animaux de compagnie (NAC) séduisent de plus en plus de particuliers. Si vous partagez déjà votre habitation avec un chien, voici quelques renseignements utiles avant de vous décider à intégrer un tel spécimen chez vous.


Un phasme, un singe ou une tarentule dans votre foyer vous font envie autant qu’un lapin, un chinchilla ou un gris du Gabon ? Avant toute adoption, notez bien qu’il est interdit de prélever des animaux sauvages dans la nature pour les ramener chez soi. Le terme  « animal de compagnie » n’est pas adapté pour les espèces non domestiques qui nécessitent une autorisation de détention. De plus, certains NAC présentent de grands dangers pour votre chien, vos enfants ou pour vous-mêmes.

Prédateur et proie

Faisant partie de la classification biologique des prédateurs, le chien est susceptible de poursuivre, attraper, tuer et avaler des proies. Vous l’avez certainement déjà observé, notamment lorsque vous lancez une balle ou un bâton, certains chiens sont très stimulés par le mouvement et se lancent à toute vitesse pour les saisir, parfois les secouer et mastiquer fortement. C’est un comportement dérivé de la prédation qui, à l’état sauvage, les amènerait à consommer leurs trophées.

illustration Patrice Seiler - chien_NAC - adopter un NAC (nouvel animal de compagnie) quand on a un chienAujourd’hui nourris par les humains, nos chiens n’ont plus la nécessité de chasser pour les mêmes raisons, mais certains individus ont gardé une tendance à la poursuite très marquée. Bien que totalement naturelles, ces attitudes pourraient être fatales au nouveau venu. Ainsi, si vous voulez adopter un petit animal (hamster, cochon d’Inde, lapin, rats et consorts), il y a lieu de se demander comment vous allez le protéger des assauts potentiels de votre chien.

N’envisagez surtout pas de laisser totale liberté à vos animaux car la prédation est un moteur très puissant que le meilleur dressage ne peut pas annihiler totalement. Quant au python… c’est votre chien qui pourrait être sa victime ! Il faut absolument anticiper tous les risques. 
 

Des natures opposées

En termes de sociabilité et de rapprochement entre espèces différentes, votre chien et un représentant des « nouveaux animaux de compagnie » ne s’entendront pas vraiment. Même si les anecdotes pullulent d’échanges « affectifs » incongrus entre un lapin et un canidé domestique (jusqu’à quel point ?), les codes de communication d’un scorpion, d’un poisson, d’un oiseau ou d’un insecte sont beaucoup trop éloignés de ceux des mammifères pour qu’ils puissent se comprendre. L’on a rarement vu un iguane partager un moment ludique avec un chien.   

Des besoins différents

Alors que votre chien apprécie de sortir plusieurs fois par jour, d’autres animaux n’y ont pas goût du tout. Ils ne mangent pas la même nourriture, n’ont pas les mêmes besoins d’échanges avec l’humain, ne partagent pas les mêmes jeux. Tout cela doit être pensé à l’avance. 

Un engagement sur la durée

L’adoption d’un NAC n’est pas un engagement anodin : une mygale vit 25 ans, certains serpents ont besoin d’un très grand terrarium avec système de chauffage et d’éclairage adaptés, un hamster est plus actif la nuit, il faut réussir à reproduire le milieu naturel et l’alimentation du scorpion… tout cela n’est pas facile, et la question de l’éthique se pose.

Il faut bien qu’il y ait des limites dans les caprices des humains. Heureusement, la loi ne permet pas tout, pour peu qu’on la respecte.


Laurence Bruder Sergent
Vox Animae



Write a comment

  • Required fields are marked with *.

If you have trouble reading the code, click on the code itself to generate a new random code.