Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
Laurence Bruder Sergent

18 années au service des propriétaires, refuges, associations, plusieurs ouvrages publiés, des années d’enseignement en France et à l’international pour défendre la cause des animaux


Expertise...

Ils ne se ressemblent pas

Il est déroutant pour les propriétaires de chien de s’apercevoir que leur animal ne se comporte pas comme son frère ou sa sœur.

 


Vous aviez toujours adopté des représentants d’une même race, et êtes surpris de constater que le dernier sujet que vous côtoyez, descendant pourtant d’une lignée similaire, a des comportements différents de ses prédécesseurs.
De la même manière, lorsqu’on possède chez soi des chiens issus d’une même portée, les ressemblances physiques ne gomment parfois pas de grandes disparités en termes de caractères ou de postures.

illustration Patrice Seiler 2 chiens d'une meme race ne se ressemblent pasManifestations comportementales opposées

Tous les bouviers bernois de la famille étaient jusqu’à maintenant particulièrement placides avec les enfants, et le dernier arrivé cherche à les éviter. Les bergers allemands du passé étaient des gardiens hors pair, l’actuel préfère la sieste sur canapé. Tandis que les cockers d’avant chapardaient la nourriture abandonnée sur la table basse, voici que le nouveau venu délaisse même sa gamelle.
Ces attitudes auxquelles vous n’étiez jamais confrontés auparavant vous étonnent.

L’espèce, la race et l’individu

Il est normal que l’on s’attende à trouver des caractéristiques identiques chez des sujets qui partagent la même généalogie. En effet, la race au sein de l’espèce canine est la même, ce qui suppose des ressemblances physiques et comportementales chez chacun de ses représentants.
C’est effectivement le cas sur de nombreux critères : ils ont des besoins biologiques (manger, dormir, courir, respirer, se reproduire…) et éthologiques (communiquer, chasser, se défouler, s’occuper, se défendre…) similaires, acquis du fait de l’appartenance à l’espèce canis familiaris (le chien familier). Il en va de même pour leurs morphologies (taille, poil, type lupoïde ou molossoïde,…), des aptitudes pour des tâches particulières (flairage, garde, protection, familiarisation aux humains…) et des attitudes (regard, postures, tendances…) propres à une race ou à une lignée (sélection dans la race).

Uniques et particuliers

Cependant il ne faut pas oublier que chaque individu a des caractéristiques qui lui sont propres. De la même manière que les frères et sœurs humains sont loin d’être des clones les uns des autres bien qu’ils aient le même héritage génétique, chaque chien est unique. Chacun a son tempérament initial, auquel s’ajoutent ses conditions de vie dans sa petite enfance puis à l’âge adulte, ses expériences personnelles, ses éventuels traumatismes et problèmes de vie… qui façonnent sa personnalité et induisent ses comportements d‘aujourd’hui.
L’inverse de la situation évoquée plus haut est possible aussi : des traits physiques entre deux chiens apparentés peuvent être fort dissemblables, alors que leurs comportements et caractères sont très proches.

Comme toujours, l’inné et l’acquis se mêlent dans des combinaisons à l’infini, et nous rappellent que les êtres vivants ne sont pas toujours prévisibles !


Laurence Bruder Sergent

www.vox-animae.com




Ecrire un commentaire

  • Les champs obligatoires sont précédés d'une *.






 

Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.

Articles qui pourraient vous intéresser

Accédez à tous les articles en relation