Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
Laurence Bruder Sergent

18 années au service des propriétaires, refuges, associations, plusieurs ouvrages publiés, des années d’enseignement en France et à l’international pour défendre la cause des animaux


Expertise...

Il part avec vous en vacances !

Faisant fi des contraintes que la présence d’un chien peut engendrer durant les déplacements, vous avez fait le choix de l’emmener avec vous en vacances. Conseils pour un bon séjour.

Si vous devez voyager en train, en autobus, ou en avion, il faut s’assurer que sa présence est acceptée (durant le trajet et à destination : une quarantaine peut être exigée) et se demander s’il sera confiné dans une cage (pour l’avion), écrasé par vos pieds ou bloqué par le siège de devant (pour le train ou le bus).

Si le trajet se fait en voiture, il vous faudra veiller à son confort (comme pour n’importe quel autre moyen de transport), s’assurer qu’il ne se déshydrate pas (il devra boire aussi souvent que possible), qu’il peut se dégourdir les pattes et faire ses besoins régulièrement.

Sur place

En vacances avec vousSelon votre hébergement, vous serez susceptible de rencontrer différentes difficultés : les hôtels, gîtes, camping n’acceptent pas tous la présence d’un animal, et même si c’est le cas, vous êtes toujours responsables de lui. Vous veillerez donc à lui procurer tout le confort dont il a besoin, mais aussi à ce qu’il ne représente pas une gêne pour les autres vacanciers ou ne commette pas de dégâts. 

Si vous partez faire de la marche et que Médor a l’habitude de vous suivre en randonnée, il faudra simplement s’assurer de trouver de quoi l’abreuver, le nourrir, le soigner, car lui aussi peut avoir des courbatures ou des blessures aux coussinets. 

Le séjour chez les amis ou la famille ? L’ambiance est détendue, on rattrape le temps où on ne s’est pas vus de l’année, on s’amuse, on déconnecte des soucis habituels. Mais s’il y a une multitude d’enfants chahuteurs, votre chien supportera-t-il sans angoisse le bruit et le mouvement ? Et si vos hôtes possèdent eux-aussi un chien, arriveront-ils à s’entendre ?

Question d’organisation

Commencez par faire un inventaire des obstacles possibles, et engagez une réflexion pour savoir si certains sont surmontables ou non. C’est une question d’organisation et de logique.

Par exemple : pour une bonne gestion du territoire quand plusieurs animaux doivent cohabiter mais ne s’entendent pas, ils peuvent être libérés/promenés en alternance. Les enfants turbulents seront gardés à l’œil et le chien sensible isolé provisoirement, pour le protéger des stimulations sensorielles excessives qu’il peut subir. Si on séjourne dans une région dense et touristique, il est souhaitable de se renseigner sur les « garderies » journalières pour chiens. Elles sont de plus en plus fréquentes, même si concentrées dans certaines zones géographiques. Vous pouvez y laisser votre compagnon pour quelques heures, le temps d’une baignade ou d’une visite de monument historique. 

N’oubliez pas de demander au vétérinaire ce qu’il convient de faire pour protéger votre animal des parasites, insectes, animaux dangereux, vaccinations d’usage dans certains pays, etc.

Un membre de la famille qu’il faut assumer

Si les possibilités existent pour vous permettre de lui faire partager ces moments de détente, n’hésitez pas : votre chien sera ravi d’être à vos côtés.

 

Laurence Bruder Sergent
Vox Animae




Ecrire un commentaire

  • Les champs obligatoires sont précédés d'une *.






 

Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.

Articles qui pourraient vous intéresser

Accédez à tous les articles en relation