Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
Laurence Bruder Sergent

18 années au service des propriétaires, refuges, associations, plusieurs ouvrages publiés, des années d’enseignement en France et à l’international pour défendre la cause des animaux


Expertise...

Il n’accepte pas qu’on lui demande de se pousser

Par Laurence Bruder Sergent

Nous évoquions dans notre dernier article les situations où votre chien vous bloque, fait présence dans les passages ou empêche vos déplacements. Voyons aujourd’hui comment réagir lorsqu’il refuse vos injonctions à laisser la place.


Vous avez remarqué que votre chien a cette tendance à aller significativement au devant des autres chiens comme des humains. Cela se manifeste par une démarche rapide et assurée, avec la queue haute, la tête en avant, une augmentation de son volume corporel. Il montre qu’il veut être le premier à échanger avec le nouvel individu, et imposer sa manière d’entrer en contact.
Tant que son identification olfactive n’est pas terminée ou qu’il n’a pas obtenu toutes les caresses qu’il souhaitait, il fait obstacle de son corps à un libre mouvement.

Stopper le contrôle d’identité

Cette situation peut être embarrassante pour vous, car c’est votre chien qui conditionne vos balades (vous devez le surveiller), vos rencontres et votre timing (même si vous êtes pressé, il n’accepte pas d’écourter son « examen »). De plus, pour imposer le temps requis à ses vérifications, il peut se mettre à grogner, provoquant la peur ou l’incompréhension chez le sujet-cible.

illustration Patrice Seiler mon chien n'accepte pas de se pousserQue faire ?

Pour stopper ce comportement, essayez de détourner son attention en le focalisant ailleurs. S’il est concentré sur quelque chose de plus intéressant pour lui (un jouet qu’il adore, une friandise, un nouveau lieu à explorer, un stimulus irrésistible…), vous aurez obtenu exactement ce que vous vouliez sans aucune violence. 

Il n’accepte pas votre autorité sur lui

Le grognement est une menace à prendre au sérieux, elle préfigure, chez le chien, une attitude désagréable de sa part s’il n’obtient pas ce qu’il veut. Lorsque l’on se trouve face à un sujet très réactif dans ces contextes de rencontres, des précautions d’usages sont indispensables si l’on ne veut pas générer des conduites agressives.

A éviter s’il est exigeant

Evitez de le braquer, le forcer, le brutaliser, ou de rentrer en conflit physique avec lui : vous n’en sortiriez pas gagnant, sa perception de son maître en pâtirait. Pensez aussi à ne pas récompenser involontairement, si vous le caressez en lui disant doucement qu’il faut arrêter… ou abandonnez après avoir commencé à lui demander de stopper son comportement. Il pourrait y avoir persistance et répétition de sa part, puisqu’il aurait appris comment vous faire modifier vos attitudes à son égard.

L’anticipation comme prévention

Si vous ne parvenez pas à détourner son attention au moment opportun, il faut anticiper. Isolez-le avant d’ouvrir la porte à vos visiteurs. Changez de trottoir lorsque vous voyez un autre chien dans la rue. Prenez soin de l’avoir promené avant de partir puis, au moment de sortir, restez calme, faites des détours, mettez vos chaussures et votre veste à l’avance, pour aller tranquillement à la porte sans qu’il ne vous retarde.
Certes cette méthode demande de faire plus d’efforts et de réfléchir davantage, mais la satisfaction d’avoir obtenu gain de cause sans rapport de force ni perte de contrôle de vos émotions le justifie amplement.
Faisons l’effort, pas les forts !

Laurence Bruder Sergent
Vox Animae




Ecrire un commentaire

  • Les champs obligatoires sont précédés d'une *.






 

Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.

Articles qui pourraient vous intéresser

Accédez à tous les articles en relation