Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
Laurence Bruder Sergent

18 années au service des propriétaires, refuges, associations, plusieurs ouvrages publiés, des années d’enseignement en France et à l’international pour défendre la cause des animaux


Expertise...

Il est handicapé

Le handicap existe aussi chez les animaux. Laurence Bruder Sergent nous explique ses implications.

Suite à un accident, une maladie, ou depuis sa naissance, un chien peut avoir un ou plusieurs handicaps : une patte en moins, une cécité, une surdité.

Qu’elles soient sensorielles ou physiques, les chiens s’adaptent plus ou moins bien à leurs particularités. Ils prennent des repères dans leur environnement et compensent les manques grâce à leurs autres sens. Toutefois ils doivent l’apprendre, et cela ne se fait pas en un jour.

Selon leur âge, cet apprentissage sera complexifié ou facilité. Le vieux chien est moins agile et adaptable, et le jeune animal est inexpérimenté.

Au quotidien

Chien aveugleAvec un chien sourd, il faudra développer une communication visuelle, faite de gestes systématiquement identiques, et prendre garde aux situations potentiellement dangereuses : on ne pas l’avertir du danger en lui parlant. Une longe peut être nécessaire en promenade par exemple. Il peut aussi avoir peur de votre arrivée, puisqu’il ne vous entend pas venir. On s’approchera donc avec lenteur, jamais de dos ni de face et rapidement, mais plutôt de biais, et calmement, en prenant garde à se faire voir, pour ne pas l’inquiéter.

Un animal aveugle devra développer ses autres perceptions (odorat, audition, communication tactile) pour se guider au quotidien. On évitera de bouger les meubles ou de laisser trainer au sol des objets qu’il pourrait heurter.


Celui à qui il manque une patte doit apprendre tout seul à gérer ses déplacements, et la plupart du temps, il y parvient. Les animaux à trois pattes jouent, courent et vivent généralement bien malgré ce problème. Pour boire et manger, cela peut être plus compliquée si la patte manquante est à l’avant et la gamelle au sol, mais en lui laissant le temps, il trouvera un moyen.

Le plus grave handicap

Si les chiens surmontent souvent ces complications, il y a un handicap qui est très compliqué à gérer pour eux, et pour l’entourage : les problèmes psychologiques et émotionnels.

En effet, quand un chien est incapable de vivre sereinement au quotidien, parce que, au sens psychologique du terme, tout son environnement l’agresse ou qu’il n’arrive pas à y vivre confortablement, ses comportements s’en trouvent sérieusement modifiés.

Le moindre petit élément d’une vie de cohabitation avec l’homme donnera lieu à des agitations ou des comportements excessifs. La sonnerie de la porte deviendra un évènement, la rencontre d’une personne ou d’un autre chien dans la rue le fera vociférer comme un fou, le trajet en voiture le rendra ingérable, etc. 

Bon nombre de comportements sont modifiables par des processus particuliers de conditionnement, mais ils sont dépendants du niveau de gravité du problème. Seul un spécialiste du comportement canin pourra apporter son expertise et ses conseils.

Aujourd’hui les aides sont variées, et grâce aux précautions prises pour leur éviter de nouveaux accidents du fait de leur handicap, associées à la formidable adaptabilité des chiens, ils arrivent à vivre, presque normalement, leur vie.

 

Laurence Bruder Sergent



Write a comment

  • Required fields are marked with *.

If you have trouble reading the code, click on the code itself to generate a new random code.