Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
Vincent Pfeiffer

La connaissance de la biologie et l'éthologie de nos carnivores domestiques est en priorité ce qui guide l'organisation des journées et les aménagements réalisés dans ma SPA de Besançon.


Expertise...

L'hyper-type, le chien modifié par l'homme - Page 2

Il ne semble pas comprendre que la Nature dit : « stop ». 

L’évolution technologique ne suit malheureusement pas celle de l’éthique, mais il est tout de même louable qu’en France les mutilations de convenance soient en passe de disparaître. Couper la queue, les cordes vocales, les oreilles, rétrécir le museau, encourager les plis, les excès de peau, de pelage... C’est déjà une prouesse que le chihuahua communique avec le dogue allemand et qu’ils se reconnaissent même comme appartenant à une seule espèce. Il n’y a aucune justification à encore plus d’entraves. 

Les effets secondaires de la sélection artificielle, sur une lignée pour laquelle on recherche des traits comportementaux poussés sont encore plus difficiles à mesurer : Développer la réactivité et la pulsion de morsure à l’extrême pour les concours de mordant, la tenue de la prise, l’absence de phase de menace, et tout cela pour le loisir, c’est à mon sens, jouer avec le feu. 

Mais il y aurait aussi beaucoup à dire à propos de l’inverse : l’absence totale de sélection sur des critères comportementaux d’une lignée entière. Un champion de beauté mal dans ses poils ou invivable, c’est malheureusement chose courante. 

Récemment, lors d’un débat, un haut représentant de la cynophilie officielle me soutenait que TOUS les chiens avaient fait l’objet d’une sélection dans un but purement utilitaire. Je ne pu m’empêcher de sourire en pensant au cas du très-à-la-mode cavalier King Charles, chien imaginaire figurant sur une peinture et (re ?)créé à l’identique par de réels « passionnés » ! Pédomorphique à outrance, son physique éternellement juvénile séduit ceux qui disent égoïstement « Oh ! Il faudrait qu’ils restent toujours comme ça ». Purement fonctionnel ou totalement fantaisiste ? 

Non content de s’arrêter là, cherchant le petit plus de la « touche personnelle », il y a heureusement, et pour toutes les bourses, une montagne de teintures, parfums, couleurs, vêtements, piercings, tatouages, et accessoires pour customiser sa bête et l’assortir... à son maître. Il suffit de fréquenter les expositions canines et leur nuage de laque, pour se demander ce qui est le plus étouffant finalement ! 

Condamner l’hyper-type en élevage ou les excès des modifications corporelles, n’est pourtant pas critiquer le principe de la différenciation et de la stabilisation du Chien en différentes races ; car cela peut aussi être passionnant. Aujourd’hui, dans notre société, que faire des qualités d’un chien jadis sélectionné pour le troupeau, la guerre ou la chasse ? Comment faire évoluer la sélection ? 

La plupart des races sont aujourd’hui élevées pour la compagnie, cela signifie-t-il qu’il faille édulcorer, écrêter le tempérament et les aptitudes de chacune ? Ce nouveau rôle requiert pourtant de solides qualités et n’a rien d’évident... L’apparition des comportementalistes suffit à en témoigner ! 
Mais il ne faut surtout pas oublier d’être critique et chercher à décrypter les rouages des maltraitances cachées, qui prennent sans cesse de nouvelles formes et impliquent tant et plus d’intermédiaires. Ceux dont le discours est finalement si peu cohérent lorsqu’on le replace ne serait-ce que dans le contexte de la déclaration des droits de l’animal ou de ce qu’on sait de façon certaine de la biologie et de la psychologie de notre meilleur ami. 

Vincent Pfeiffer

*Tératologie (du grec teras, monstre et logos, science) : est l'étude scientifique des malformations congénitales. Elle est l'étude des monstres. Le terme de monstre est ici à prendre selon sa définition dans les sciences de la vie (être vivant présentant une importante malformation). 

 

Laurence Bruder Sergent
Vox Animae




Ecrire un commentaire

  • Les champs obligatoires sont précédés d'une *.






 

Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.

Articles qui pourraient vous intéresser

Accédez à tous les articles en relation