Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
LBS général

17 années au service des propriétaires, refuges, associations, plusieurs ouvrages publiés, des années d’enseignement en France et à l’international pour défendre la cause des animaux prédilection.


Expertise...

Faut-il punir son chien ? - Page 1

Les personnes qui ont déjà eu un chien savent bien qu’il faut passer un certain temps à lui apprendre les bonnes attitudes.

PunitionComme tout être vivant capable d’apprendre beaucoup, notre meilleur ami a besoin qu’on l’aide à mémoriser les liens de causes à effets, l’intérêt et le désavantage qu’il obtiendra à faire ou ne pas faire ce que l’on attend de lui, et à adopter un comportement plutôt qu’un autre. Les résultats de toutes les expériences qu’il rencontre tous les jours vont favoriser la rapidité et la pérennité de ses acquis.

Par exemple, si sauter sur les genoux d’un humain pendant le repas apporte des restes de table, si aboyer amène à recevoir de l’attention, ou tirer sur sa laisse permet d’aller plus vite lors de la promenade, ces comportements seront mémorisés et réutilisés puisque le chien aura retenu que l’issue lui est favorable.

Capable d’apprendre sans nous

Notre intervention n’est pas toujours utile : notre compagnon peut se conditionner tout seul. S’il gratte à une porte et réussit à l’ouvrir, il saura comment faire la prochaine fois qu’il voudra prendre la poudre d’escampette. Par contre, si la clenche ne bouge jamais, il arrêtera d’essayer.

Le bâton ?

Lorsque l’on veut accélérer « l’éducation canine », ou complexifier ce qu’il est capable de faire, on peut utiliser plusieurs méthodes à base de récompenses, ou de punitions.

Rapide et facile, la sanction est très souvent utilisée. L’utilisateur de la technique considère qu’à force de répétitions des conséquences négatives pour lui, l’animal finira par faire ce que l’on attend de lui. En fait ce n’est jamais le cas, il apprend uniquement ce qu’il ne doit pas faire, mais pas ce qu’il doit faire.

Expériences quotidiennes de punitions

Il est humain de réprimander vertement son chien qui se sera sauvé, parce qu’on aura eu peur qu’il se fasse renverser. Cela nous fait du bien de décharger notre émotion mais gardons en tête que notre meilleur ami n’a rien assimilé à nos hurlements alors qu’il vient de nous retrouver, ni mémorisé ce qui est attendu.

Il est fréquemment conseillé de l’enfermer dans une boite car il grignote les murs lorsqu’on le laisse seul. Cela ne va pourtant pas le faire se sentir mieux  ni lui apprendre à faire autrement pour évacuer son mal-être.

Pourquoi le collier électrique (pardon, je voulais dire un collier anti-aboiements !) nous est-il vendu comme la solution idéale pour inhiber celui qui se fait entendre au grand dam des voisins ? qu’apprend donc notre chien, à part le fait qu’il doit se taire lorsqu’il le porte, mais qu’il peut hurler tout son saoul lorsqu’il ne l’a pas autour du cou ?

On croit avec toutes ces techniques punitives, apprendre au chien les bons comportements, alors qu’on lui apprend à ne pas les adopter…uniquement dans certaines circonstances. Encore plus grave, jamais il n’est tenu compte des motivations de l’animal, c’est-à-dire des causes de ses attitudes que l’on veut empêcher. Un chien reste un chien, et il est légitime qu’il se comporte comme tel.




Ecrire un commentaire

  • Les champs obligatoires sont précédés d'une *.






 

Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.

Articles qui pourraient vous intéresser

Accédez à tous les articles en relation