Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
Laurence Bruder Sergent

18 années au service des propriétaires, refuges, associations, plusieurs ouvrages publiés, des années d’enseignement en France et à l’international pour défendre la cause des animaux


Expertise...

Faut-il embrasser son chien ?

L’actualité l'a déjà cruellement montré : embrasser un chien peut déclencher de sérieuses morsures.

Certains propriétaires me diront qu’ils câlinent leurs chiens depuis des années, qu’ils lui font des bisous, lui disent affectueusement « bonne nuit » et « au revoir », et que cela n’a jamais posé aucun problème. Ils me soutiendront même qu’ils sont sûrs que leurs animaux apprécient la chose, et ne mordront jamais.

Le baiser, c’est humain !

Chien et baiserL’embrassade ne répond pourtant à aucune nécessité biologique pour les canidés. Aucun chien libre ne vient au contact buccal d’un congénère, comme les humains le font entre eux. Certes ils échangent des coups de pattes, se poussent du museau, font mine de se mordiller les babines, se couchent même parfois les uns contre les autres, se lèchent… mais jamais ils ne s’embrassent, au sens anthropologique du terme.

Du fait de leur formidable tolérance envers nous, nos animaux de compagnie se résignent, tolèrent, acceptent, s’interdisent de se rebeller quand on vient les entourer de nos bras, qu’on approche nos visages de leur tête, ou qu’on les soulève du sol pour les porter.

 

Bulle personnelle infranchissable

On peut néanmoins se demander comment ils considèrent ces marques d’affection typiquement humaines.

Pour certains chiens, entrer dans leur zone personnelle peut être interprété comme une invasion de sa « bulle », voire une agression, à laquelle on va, logiquement, réagir.

Evidemment, après un certain nombre de répétitions, voire d’années de cohabitations, ils ont appris que cette attitude de notre part n’était pas un manque de respect (quoique…) et finissent par l’accepter.

Mais les premières fois où on leur inflige des « papouilles », ils peuvent demander la cessation, par exemple en tournant la tête, en baillant, en se léchant les babines. Malheureusement nous ne le voyons pas, ou ne l’interprétons pas ainsi, et nous continuons nos marques d’affections.Souvenons-nous que ce n’est pas parce que l’animal ne réagit pas, qu’il est content de ce qu’on lui fait vivre !

Que vit le chien ?

Fatalement, il arrive que certains sujets n’arrivent pas à se faire à cette incivilité humaine, et se défendent

Dans le cas de la fillette mordue par un bull terrier, on nous parle d’un animal qui avait été abandonné (donc, qui aurait des raisons d’être mordeur ?!), de défaut d’information de la part du refuge, de personnes irresponsables, et chacun se renvoie la faute. Cela n’arrange ni la situation de l’enfant, ni celle du chien.

Pour ma part, je crois qu’il serait plus pertinent d’informer tous les parents et tous les propriétaires, qu’il y a certains comportements que l’on ne doit pas avoir avec un animal. Si dès l’école et au foyer, si sur les lieux de vente et d’adoption d’animaux, on montrait l’exemple en ne traitant pas nos animaux comme nos enfants, en faisant l’effort de respecter leurs natures, en informant, les accidents domestiques seraient considérablement réduits.

 

Laurence Bruder Sergent
Vox Animae



Write a comment

  • Required fields are marked with *.

If you have trouble reading the code, click on the code itself to generate a new random code.