Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
GLP articles généralités

Comportementaliste spécialiste du chat, mes compétences s'étendent à tous les problèmes de comportement félin, y compris des chatons grâce à mon activité d'éleveuse.


Expertise...

Éduquer son chat !

Nombreuses sont les personnes qui aimeraient connaître le secret pour avoir un chat obéissant. Celui qui ne fait aucune bêtise, qui vient quand on l’appelle et s’éxécute sans broncher à tous les ordres. Or, est-ce réellement concevable de faire obéir un animal au doigt et à l’œil ? Existe-t-il une solution miracle ? Gwendoline LE PEUTREC-REDON, comportementaliste spécialiste des relations Homme/Chat nous éclaire sur les facultés cognitives des félins et sur le bon sens à adopter pour une bonne cohabitation.

Dans l’idéal…

Chat couchéTout le monde souhaiterait que le chat soit une panacée au quotidien, aux problèmes de tous les jours, un réconfort quand on ne se sent pas bien mais surtout sans que Minet ne soit une source de petits désagréments.

Grimper tout en haut du rideau, lacérer les rebords du canapé, chiper la nourriture que l’on a oubliée de ranger, piquer un quart de folie au beau milieu de la nuit, déposer de jolies empreintes de coussinets sur le plan de travail pendant que l’on cuisine et tout autre petite chose qui font passer la boule de poils angélique au petit démon caractériel et turbulent !

D’autre part, on aimerait aussi lui dire où aller se coucher, lui faire avaler un médicament à notre guise, l’empêcher de grimper sur le lit ou les tables, lui dire quand entrer et sortir sans servir de passe-porte ou encore qu’il nous réponde en miaulant quand on l’interpelle mais qu’il se taise la nuit.

Qu’on veuille empêcher ou obliger, le chat ne peut être cette machine obéissante d’un côté et cet être réconfortant quand on le souhaite. Toutefois, il existe des moyens de ne pas céder sur certains interdits et amener le chat à faire certaines choses à certains moments.

J'agis comme j'apprends

 

La cognition

Terme complexe qui pourrait regrouper de multiples disciplines, nous allons ici le résumer par l’ensemble des activités intellectuelles et des processus qui se rapportent à la connaissance et à la fonction qui l'a réalisée. Ainsi, pour apprendre et avoir le comportement adapté à une situation, plusieurs processus se mettent en œuvre. Dans les apprentissages qui nous intéressent en l’occurrence, le conditionnement est en première place.

Conditionnement dit pavlovien

Aussi appelé conditionnement répondant, il s’agit ici de la relation établit entre des stimuli (provenant de l’environnement) et les réactions automatiques de l’organisme (peur/salivation/tremblement…) qui en découlent. Quand un stimulus A (à la base neutre) se répète et que celui-ci est accompagné par un autre stimulus B provoquant une réponse automatique de l’organisme C : l’animal finit par produire un comportement par anticipation lorsqu’il est en contact du stimulus A sans même que le stimulus B ne soit apparu.

Exemple : un chat va saliver (C) lorsque son propriétaire lui présente de la pâté (B) et ce, juste en rentrant du travail (A). A la base, rentrer du travail n’est pas significatif de nourriture mais comme ce stimulus est systématique suivi par la proposition de pâté qui fait saliver le chat alors celui-ci commencera à saliver dès que son propriétaire passera la porte. Le chat a fait un apprentissage par conditionnement pavlovien.

Conditionnement dit skinnerien

Aussi appelé conditionnement opérant, il se différencie du premier en ce que les réponses au stimulus ne relèvent plus du reflexe ou de l’émotion mais ce sont des influences de l’environnement qui renforcent positivement ou négativement le conditionnement. Ainsi, c’est le sujet qui construit sa propre réponse en fonction de ce que cela lui apporte. C’est le conditionnement par essai/erreur qui permet à l’individu d’être le plus efficace possible pour obtenir ce qu’il désire.

Exemple : on fait sonner une clochette, et on donne au chat une récompense, le chat aura associé la clochette à la gourmandise et viendra lorsqu’il l’entendra (positif). Si un chat s’allonge sur un plan de travail et qu’il reçoit un jet d’eau systématiquement, il évitera l’endroit à l’avenir (négatif).




Ecrire un commentaire

  • Les champs obligatoires sont précédés d'une *.






 

Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.

Articles qui pourraient vous intéresser

Accédez à tous les articles en relation