Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
GLP griffoir

Le chat a besoin de faire ses griffes, pas seulement pour les user mais bien pour marquer son territoire d’un point de vue visuel. Le griffoir est idéal pour éviter à Minet de rebaptiser le canapé ou les murs !


Expertise...

Chat sauvage, peut-on l'apprivoiser ? - Page 4

Et quand on a déjà un animal ?

La plus grosse erreur à commettre quand on met en contact des animaux destinés à cohabiter c’est d’intervenir dans leurs interactions. Le souci réside dans notre anthropomorphisme naturel, dans le réflexe d’imaginer à leur place ce que peuvent et doivent ressentir les chats ou les chiens. Pour rappel, les animaux ressentent des émotions et leur attribuer des sentiments humains tels que la jalousie ou la vengeance c’est aller trop loin dans les niveaux de conscience que cela requiert : les animaux sont plus simples, dans l’aspect positif que cela comprend. Ainsi, pour eux, il s’agira de s’appréhender, de se renifler pour connaître la carte d’identité de l’autre, de s’apaiser, de s’ajuster et pour ce faire ils n’ont besoin que d’eux-mêmes. Pour un chat, cracher, feuler, faire le gros dos dans un premier temps est tout-à-fait classique, c’est un animal territorial dont on perturbe l’organisation. C’est le temps et en fonction de sa capacité d’adaptation qui l’amènera à aller à l’encontre de l’autre, de le connaître et de partager convenablement l’espace de vie. Entre chat et chien, c’est pareil si ce n’est que le chien est un animal social, et tandis que le chat va naturellement se mettre d’abord en retrait, le chien va chercher à renifler et rencontrer l’autre.

Un nouvel arrivant à la maison - Préparer la venue d'un second chat

C’est là qu’il est important de ne rien faire même si ce que vous voyez semble peu amical car pour les chats cette animosité première est normale mais votre intervention pour disputer et dire « que ce n’est pas bien » d’accueillir ainsi le nouveau c’est prendre le risque de créer une association mémorielle négative : « ce chat ou ce chien qui pénètre dans mon territoire est à éviter à tout prix. » En plus de devoir s’adapter à ce nouveau venu, votre chat perçoit qu’en sa présence vous le disputez. Il risque alors de manifester un peu plus d’agressivité et bien souvent c’est à votre désarroi car vous imaginez qu’ils ne s’entendront jamais bien alors rebelote vous criez et c’est le cercle vicieux.

Une autre erreur importante est de forcer le contact, en portant le chat par exemple et l’apporter contre son gré à l’autre chat/chien : vous risquez non seulement de vous faire griffer mais pris au piège de vos bras, le chat se sentira prisonnier et la première impression au contact de l’autre sera très mal perçue. Ainsi, la règle d’or est : ne jamais intervenir dans les interactions animales ! Prévoyez plutôt d’aménager l’espace de rencontre en privilégiant les cachettes en hauteur si votre chat veut se soustraire, prévoyez une litière en plus pour ne pas créer de frustration, au moins deux gamelles différentes même si elles sont dans la même pièce. Restez en retrait et soyez le plus neutre possible dans vos attitudes. Faites attention à vos micro-expressions faciales et corporelles, vos animaux savent très bien les décoder ! Vous êtes leur être d’attachement et si vous semblez calme, le chat en saura d’autant plus apaisé. Pour les premières nuits, il est judicieux également de ne pas faire dormir le chat et l’autre chat/chien dans la même pièce pour que chacun puisse se reposer des émotions de la journée sans avoir à se méfier de l’autre.


Gwendoline Le Peutrec-Redon



Write a comment

  • Required fields are marked with *.

If you have trouble reading the code, click on the code itself to generate a new random code.