Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
GLP griffoir

Le chat a besoin de faire ses griffes, pas seulement pour les user mais bien pour marquer son territoire d’un point de vue visuel. Le griffoir est idéal pour éviter à Minet de rebaptiser le canapé ou les murs !


Expertise...

Chat âgé, chat malade, deuil, comment faire ? - Page 4

Quand son « meilleur ami » s’en va…

L’hyper-dépendance

Chat et compagnonUn chat peut être trop fortement attaché à un humain, à un autre chat ou un chien. Ce phénomène est amplifié par le sevrage précoce du chaton, c’est-à-dire qu’il a été séparé de sa mère et de sa fratrie avant ses 3 mois.

On remarque que l’attachement est de l’hyper-dépendance lorsqu’en l’absence de l’être en question, le chat va produire des comportements lui permettant d’apaiser son stress. Cela peut-être de la malpropreté, de l’agressivité, des griffades sur les murs ou le mobilier, des mâchouillements sur les objets appartenant à l’être d’attachement mais aussi des comportements autocentrés tels que le léchage excessif du pelage (alopécie) voire des automutilations.

Il est nécessaire dans ces cas-ci de réapprendre au chat à être plus indépendant pour se sentir mieux. Le problème réside souvent en ce que les propriétaires trouvent agréables ces démonstrations « affectives » et qu’ils n’ont pas conscience de la frustration vécue par leur chat en leur absence. Un comportementaliste spécialiste des relations Homme/Chat saura analyser la situation, le profil de votre chat et vous faire les propositions adaptées.

Il n’est plus là…

En cas d’hyper-dépendance surtout mais même dans le cadre d’une cohabitation sereine, le décès de l’être d’attachement humain ou animal pourra avoir de grosses conséquences sur l’équilibre émotionnel du chat.

Par rapport aux chats, cet être peut avoir un lien de parenté ou non mais on note souvent que ce lien fort uni mère et fille.

Celui avec lequel le chat avait l’habitude de partager son quotidien, n’est plus là et les automatismes de tous les jours sont chamboulés, la présence rassurante manque.

Vous pouvez apercevoir votre chat errer dans toute la maison, renifler et se frotter aux meubles mais aussi entendre des miaulements longs et sourds qui expriment son mal-être. Il peut refuser de s’alimenter et passer beaucoup de temps à dormir, il ne joue plus et ne répond plus à vos sollicitations. Ajoutez à tout cela les manifestations comportementales sus mentionnées concernant les sujets hyper-dépendants.

Il faut alors apaiser toutes les tensions afférentes au territoire du chat : ceci peut comprendre le relationnel avec l’humain, la litière, les griffoirs, la gestion de la nourriture, les sorties à l’extérieur, l’ennui… 

Et, dans un laps de temps pas trop long, l’accueil d’un chaton peut aider grandement votre chat à surmonter cette période difficile. Attention, cela ne veut pas dire qu’il acceptera n’importe quel chat donc préférez un chaton que vous adopterez à ses 3 mois minimum pour qu’il ait bénéficié d’un sevrage affectif et éducatif complet. Choisissez votre chaton chez une famille qui ressemble à la vôtre, qui a le même contexte de vie pour assurer une bonne transition, que le nouveau venu ait une bonne gestion émotionnelle et de bonnes capacités d’adaptation.

Lorsque vous les mettez en présence, ne forcez ni l’un ni l’autre au contact, laissez se rencontrer quand ils le désirent, prévoyez une pièce avec des cachettes et des replis en hauteur s’ils souhaitent, dans un  premier temps, s’isoler. Moins vous interviendrez dans la relation et plus ils risquent fort de nouer une relation saine et bienfaisante : le chaton fraîchement séparé de sa fratrie trouvera un « copain » congénère et le premier s’attachera vite à cette nouvelle présence.



Write a comment

  • Required fields are marked with *.

If you have trouble reading the code, click on the code itself to generate a new random code.