Votre navigateur ne semble pas supporter JavaScript !
Sandrine Dignocourt

Humains et canidés s’expriment différemment et cette différence doit être prise en compte pour éviter les malentendus, c’est la clef d’une cohabitation harmonieuse !


Expertise...

A chacun son toutou

Par Sandrine Dignocourt

Saint Bernard, Shih tzu, Berger allemand, ou même croisé... Il y en a pour tous les goûts. Mais attention, le physique ne fait pas tout. En fonction de sa race, de son âge et de son histoire, chaque chien a des besoins spécifiques qu'il faut prendre en compte pour que la cohabitation soit un succès.

 

Trop souvent, l'adoption d'un chien se fait sur un coup de tête alors qu'elle devrait être, au contraire, une décision mûrement réfléchie. Un engagement pour les dix à quinze ans à venir mérite bien de se poser quelques questions : ai-je le temps, les moyens financiers et surtout l'envie d'assumer une telle responsabilité sur le long terme? Car la tâche ne s'annonce pas de tout repos, particulièrement si une autre question est négligée : quel type de chien correspond le mieux à mes attentes et à ma famille?

 

Quelle race pour ma famille?

Chaque animal est unique. Néanmoins, chaque race a des caractéristiques qu'il est bon de considérer avant de faire son choix. Bien sûr, certains chiens, comme les Labradors, les Cockers, les Caniches, ou encore les Golden Retrievers, semblent s'adapter facilement à toutes les situations. Il n'empêche, dans l'idéal, un jeune célibataire vivant en appartement n'optera pas pour le même genre de chien qu'une famille nombreuse avec des enfants en bas âge, ou qu'un couple de personnes âgées. La composition du foyer, le mode de vie de ses membres, ainsi que le type de logement importent.

Certaines races sont ainsi plus suceptibles que d'autres de vivre en centre-ville, de bien s'entendre avec  leurs congénères, ou de rester seules à la maison. Mais gare aux idées reçues! Contrairement à ce qu'on pourrait penser, les petits chiens ne sont pas les seuls à pouvoir vivre en appartement. De même, ils ne sont pas toujours les meilleurs compagnons des jeunes enfants. Les gros gabaris, types Boxers, Cane Corso ou Terre-Neuve s'avèrent souvent plus sociables que les Teckel, Yorkshire et autres Pékinois par exemple. Et pour peu qu'ils aient l'occasion de se défouler au moins une heure par jour, ils s'accomodent souvent de vivre dans un espace restreint.

De manière générale, il est capital de prendre en compte le degré d'énergie de chaque race. Beaucoup de chiens de berger et de chiens de chasse ont besoin d'un grand terrain et de longues sorties quotidiennes pour se dépenser. Ils sont aussi mieux dans leurs poils si leur maître est actif et ne s'absente pas trop longtemps de la maison. C'est le cas notamment des Border Collie ou des Beagles. À l'inverse, certaines races sont plutôt pantouflardes. Les Bulldog, les Bichons, les Cavaliers King Charles, les Shar Pei, ou encore les Chow Chow ou les Carlins par exemple, se contentent de promenades plus courtes et se satisfont très bien de passer beaucoup de temps, en compagnie de leur maître, sur le canapé. C'est une des raisons de leur popularité auprès des seniors.

 

Quelques précautions à prendre

Il n'y a pas d'âge pour adopter un nouveau compagnon. Au contraire, les personnes retraitées ont davantage de temps, et parfois autant d'énergie, à consacrer à leur animal. Malgré tout, il faut garder à l'esprit qu'élever un chiot peut s'avérer particulièrement exigeant. À tel point qu'adopter un chien de deux ou trois ans peut parfois se révéler plus judicieux.

Autre cas particulier : soyez vigilent si votre compagnon est appelé à cohabiter avec d'autres animaux. Bien s'entendre avec ses congénères requiert d'avoir été bien socialisé. 

 

Les risques d'un choix inconsidéré 

L'enjeu d'une adoption bien pensée est important. S'il n'évolue pas dans un foyer qui lui convient, avec un niveau d'activités physiques et intellectuelles suffisant, votre compagnon à quatre pattes risque d'être malheureux. Et vous aussi, car la frustration et l'ennui sont à l'origine d'une grande partie des troubles comportementaux. Un chien qui n'est pas assez stimulé, ou a l'inverse qui l'est trop, a plus de chances de détruire en l'absence de ses maîtres ou de manifester des signes d'agressivité.

Rien que pour cette raison, il est essentiel de faire appel à un ou des éleveurs qualifiés et compétents. Des professionnels capables de vous dire si le profil de leurs chiens ne vous correspondent pas. Capables également de préparer au mieux leurs chiots à la future vie qui les attend, en les socialisant le mieux possible.

 

Sandrine Dignocourt

www.pasapatte.com




Ecrire un commentaire

  • Les champs obligatoires sont précédés d'une *.






 

Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.

Articles qui pourraient vous intéresser

Accédez à tous les articles en relation